Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le député de Gatineau Steven MacKinnon
Le député de Gatineau Steven MacKinnon

La fonction publique pour se sortir de la crise

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le député de Gatineau et secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement, Steven MacKinnon, a vanté la stratégie de son gouvernement vis-à-vis des fonctionnaires, lors du dépôt du budget fédéral.

«On va s’appuyer sur l’appareil fédéral pour se sortir de la crise, a-t-il dit. Ce ne sera pas le contraire (couper dans la fonction publique) puisqu’on veut stimuler l’économie. On prolonge les programmes pour maintenir en vie les entreprises. Cela touche aussi les entreprises des centres-villes. On modernise nos façons de travailler avec le télétravail, mais on n’abandonne pas (les centres-villes.»

M. MacKinnon s’attend à voir plus fonctionnaires sur la colline parlementaire et dans le Vieux-Hull dans les prochains mois.

Syndicat

La création d’un réseau national de garderies est par ailleurs bien vue par les syndicats de la fonction publique fédérale.

«Cet investissement (4 milliards $) pour les services de garde est très apprécié, surtout pour les femmes et les familles», a commenté lundi le vice-président de l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC), Stéphane Aubry.

L’autre grand syndicat, L’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), demandait déjà, la semaine dernière, la mise sur pied d’un réseau national de service de garde universel. Selon l’AFPC, la reprise économique post-COVID dépend en grande partie de la capacité des travailleurs, «surtout des femmes», de retrouver un réel pouvoir d’achat.

L’IPFPC est satisfait des efforts du gouvernement pour moderniser ses services par voie électronique. «Cependant, on veut voir des investissements dans la formation aux professionnels», dit M Aubry.

Salaire minimum

L’IPFPC a salué l’intention d’Ottawa de présenter un projet de loi établissant le salaire minimum fédéral de 15 $ de l’heure, qui augmentera selon l’inflation. Les entreprises privées sous réglementation fédérale pourraient bénéficier d’une telle mesure si le projet de loi est adopté.

«Cette mesure bénéficiera directement à plus de 26 000 travailleurs qui gagnent actuellement moins de 15 $ de l’heure dans le secteur privé sous réglementation fédérale», lit-on dans le budget présenté par la ministre des Finances, Chrystia Freeland.

CCN

Le budget fédéral, intitulé «Une relance axée sur les emplois, la croissance et la résilience» propose par ailleurs 35 millions $ sur cinq ans à la CCN pour «soutenir l’acquisition et l’entretien des actifs fédéraux, de l’infrastructure verte et des espaces dans la région de la capitale nationale».

La direction de la CCN n’était pas en mesure de commenter le budget fédéral, lundi en fin de journée. Dans son budget, la ministre fédéral des Finances, Chrystia Freeland, explique cette dépense par le fait que «la région de la capitale nationale (RCN) abrite certains des biens culturels et patrimoniaux les plus importants du Canada. Afin de veiller à ce que les bien fédéraux et les programmes connexes de la RCN demeurent sécuritaires et accessibles à tous les Canadiens».