La GRC gère son propre système de paye interne, avec une équipe de conseillers en rémunération.

GRC : le transfert à Phénix est reporté

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a décidé de reporter à une date encore indéterminée le transfert de plus de 4000 membres civils au système de paye Phénix.

Le commissaire intérimaire de la GRC, Daniel Dubeau, a confirmé cette semaine que le transfert des membres civils de la GRC dans la fonction publique fédérale, de même que celui prévu au système de paye Phénix a été mis en attente « jusqu’à nouvel ordre ».

La décision survient à la suite de demandes répétées des syndicats de retarder le transfert des membres civils de la GRC au système de paye Phénix pour s’assurer qu’ils continuent d’être payés correctement et à temps. 

La GRC gère son propre système de paye interne, avec une équipe de conseillers en rémunération. 

Récemment, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) a déposé en Cour fédérale une demande d’injonction pour empêcher le transfert d’employés civils de la GRC vers Phénix. L’audition qui était prévue le 29 novembre a été remise à plus tard.

L’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et l’Institut professionnel de la fonction publique (IPFPC) avaient plaidé eux aussi que le système actuel de paye de la GRC devait être maintenu pour s’assurer que les 4000 employés civils de la GRC puissent continuer à être payés correctement et à temps.

Au début de novembre, le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, s’était engagé verbalement à retarder le transfert des membres civils de la GRC au système Phénix devant un comité parlementaire. 

Ce transfert était prévu pour le 26 avril 2018. La période d’embargo qui devait commencer le vendredi 1er décembre est reportée elle aussi. Cela signifie que l’on continuera à ajuster immédiatement, dans le système actuel, la paye des employés promus, reclassés ou mutés, a-t-on indiqué au SCFP.

« Les pressions politiques et juridiques du SCFP ont contraint le gouvernement à changer de cap. C’est une victoire sur toute la ligne pour les opérateurs de télécommunications et les analystes au monitorage de la GRC qui souhaitent joindre les rangs de notre syndicat », a déclaré le président national du SCFP, Mark Hancock.

« Les membres civils de la GRC ne devraient pas subir de répercussions négatives du fait qu’ils se joignent à la fonction publique fédérale », a également mentionné Robyn Benson, présidente exécutive nationale de l’AFPC.

L’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) a aussi salué la décision qui s’applique à tous les employés civils de la GRC représentés par ce syndicat qui affirme toujours continuer de réclamer la création d’un nouveau système pour remplacer Phénix.