Plusieurs vétérans se sont donné rendez-vous, vendredi, pour dénoncer la fermeture de huit bureaux régionaux du ministère des Anciens Combattants.

Des vétérans manifestent leur colère avec un ruban noir

Des vétérans en colère ont porté un ruban noir à leur bras dans plusieurs villes du pays, vendredi, pour protester contre la décision du gouvernement Harper de fermer huit bureaux régionaux du ministère des Anciens Combattants.
Dans les villes où ces bureaux ferment, des vétérans se sont donné rendez-vous pour dénoncer ce que plusieurs ont qualifié de «trahison» envers les anciens combattants. La décision du fédéral a été prise dans la foulée des compressions budgétaires.
Des manifestations de vétérans ont eu lieu notamment à Corner Brook à Terre-Neuve, Charlottetown à l'Île-du-Prince-Édouard, Sydney en Nouvelle-Écosse, Thunder Bay et Windsor en Ontario.
Mardi, des vétérans ont eu une altercation avec le ministre des Anciens Combattants, Julian Fantino, lors de leur visite sur la colline parlementaire où ils étaient venus dénoncer ces fermetures. Le ministre est arrivé en retard au rendez-vous et les vétérans n'ont pas du tout apprécié ses propos et son attitude à cette occasion.
Mercredi, le ministre Fantino a été obligé de présenter des excuses aux vétérans, qui ne les ont pas acceptées. Depuis, plusieurs vétérans, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair, plusieurs groupes de défense des anciens combattants, ainsi que des éditorialistes à travers le pays ont demandé la démission du ministre Fantino.
Les néo-démocrates ont par ailleurs reproché aux conservateurs d'avoir déplacé à lundi un vote sur une motion visant à empêcher la fermeture des bureaux régionaux. «D'ici lundi, il sera trop tard pour que le Parlement puisse sauver les bureaux d'Anciens Combattants Canada et les conservateurs le savent», a expliqué le député néo-démocrate Sylvain Chicoine, parrain de la motion.
Le chef adjoint du Parti vert du Canada, Bruce Hyer, a pour sa part participé à un «service» pour commémorer la fermeture d'un de ces bureaux à Thunder Bay, qui desservait plus de 2000 vétérans. Ils devront dorénavant voyager pendant toute une journée pour se rendre au bureau le plus près, soit vers celui de North Bay ou Winnipeg, a expliqué le député Hyer.