Des punaises de lit ont été trouvées sur tous les étages de l’édifice fédéral situé au 70, rue Crémazie à Gatineau.

Des punaises de lit dans un immeuble fédéral à Gatineau

Des punaises de lit ont été trouvées dans l’édifice fédéral du 70, rue Crémazie, à Gatineau. Selon un syndicat de la fonction publique, la découverte des derniers jours n’est pas la première à cette adresse depuis 2018.

Un courriel acheminé mardi matin aux fonctionnaires concernés indique que des punaises de lit ont d’abord été découvertes sur un étage, ce qui a mené à « une inspection canine » pendant la fin de semaine dernière.

« Nous avons été informés que l’inspection a révélé la présence de punaises de lit sur tous les étages de l’édifice, est-il mentionné. À titre de mesure préventive, nous encourageons tous les employés fédéraux travaillant à cet édifice à faire du télétravail ou à discuter avec leurs gestionnaires pour opter pour un mode de travail de rechange. »

Un « plan d’action » est en cours d’élaboration afin qu’un traitement contre les punaises de lit puisse commencer « au cours des prochains jours ».

L’immeuble de 11 étages du 70 Crémazie, dans le secteur Hull, appartient à l’entreprise Multivesco. 

« Occupé essentiellement par le gouvernement fédéral, cet immeuble de classe A est constitué d’espaces de bureaux qui satisfont les normes de la fonction publique canadienne et qui offrent une polyvalence sans pareil », indique l’entreprise sur son site Internet.

Le Droit rapportait récemment que plus de 200 employés d'un sous-traitant de Services partagés Canada ont dû travailler parmi des punaises de lits pendant plus d’un mois, cet été, au 350, avenue King Edward, à Ottawa.

Pas la première fois

Cet épisode n’est pas le premier au 70, Crémazie. 

Selon le président national du Syndicat de l’Emploi et de l’Immigration du Canada (SEIC), Eddy Bourque, de tels insectes nuisibles ont été observés en février 2018. 

« Malheureusement, a réagi M. Bourque, malgré certains efforts de la part de l’employeur, nous en sommes à plus d’un an plus tard et la situation persiste de nouveau. Puisque l’ensemble des étages de l’édifice sont affectés, on peut imaginer que le problème est de taille et aurait pu être mieux contrôlé, et ce, plus rapidement qu’il ne l’a été fait. »

On ignorait, mardi, si des travailleurs avaient eu des problèmes de santé liés à cette infestation. Le SEIC affirme qu’entre 500 et 600 de ses membres y travaillent.

Le syndicat se dit toutefois « heureux » que l’employeur ait pris les mesures pour permettre à certains membres de faire du télétravail. 

« Cependant, plusieurs employés ne peuvent faire du télétravail en raison de la nature de leurs fonctions. Ceux-ci ont été relocalisés dans un autre édifice jusqu’à mardi prochain. »

Réponse de l’employeur

Services publics et Approvisionnements Canada (SPAC) ajoute que la présence de punaises « était un enjeu localisé ».

« Les tentatives précédentes pour remédier à la situation se sont révélées infructueuses, a précisé SPAC, mardi. Par conséquent, en tant qu’employeur responsable, nous procédons à un traitement de l’immeuble complet ainsi que des maisons des employés, au besoin. Ces derniers ont été renvoyés à la maison jusqu’à ce que la situation soit résolue. »