Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Une quarantaine de travailleurs oeuvrant dans trois bureaux régionaux de l’Alliance de la fonction publique du Canada est à bout de patience.
Une quarantaine de travailleurs oeuvrant dans trois bureaux régionaux de l’Alliance de la fonction publique du Canada est à bout de patience.

Des employés du plus grand syndicat de fonctionnaires songent à la grève

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Des employés du plus grand syndicat de fonctionnaires au Canada songent eux-mêmes à faire la grève dans le cadre de la négociation de leur convention collective.

Une quarantaine de travailleurs oeuvrant dans trois bureaux régionaux de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) est à bout de patience. Mardi, ces employés administratifs, recruteurs et conseillers syndicaux ont voté en faveur de moyens de pression qui pourraient aller jusqu’à un mandat de grève illimitée.

Les employés, représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), sont sans contrat de travail depuis mai 2019. Selon Jovanka Ivic, présidente du local 5481, «les négociations se déroulent de façon cordiale, mais s’éternisent».

Ce local représente des employés des bureaux de Québec, Montréal et Gatineau.

Les parties syndicales et patronales ne s’entendent pas sur l’équité salariale entre les travailleurs du Québec et ceux d’ailleurs au Canada. «L’AFPC nous demande de se battre pour l’équité de ses membres partout au pays, mais de l’autre côté, on doit nous-mêmes se battre contre des disparités provinciales au sein de cette organisation», critique Mme Ivic.

Selon le SCFP, les recruteurs de l’AFPC du Québec ont de moins bonnes conditions de travail que leurs collègues d’ailleurs au pays. La priorité des syndiqués est d’obtenir des salaires équivalents pour un même travail exécuté dans les autres provinces canadiennes.

«Il reste plusieurs clauses à négocier, mais en tant que syndicat d’employés administratifs, de recruteurs et de conseillères et conseillers syndicaux, c’est certain que nous ne pouvons pas accepter cette disparité de traitement au sein même de notre organisation», lance la présidente du local 5481.

L’AFPC compte plus de 200 000 membres, dont 122 000 au Québec.

Le SCFP compte 605 000 membres, dont 110 000 au Québec.