Depuis 2004-2005, plus de 418 salariés de la fonction publique fédérale ont été renvoyés pour des motifs d'incompétence ou d'incapacité.

Des avis de négociations envoyés par le gouvernement

Rompant avec la tradition, le Conseil du Trésor a lui-même envoyé des avis de négociations à plusieurs syndicats de la fonction publique fédérale, bien avant la fin des conventions collectives, ce qui ne s'était pas vu depuis très longtemps.
Normalement, ce sont les syndicats qui envoient ces avis dans les 120 jours avant l'échéance des contrats de travail. Depuis la présentation du budget, le 11 février dernier, le Conseil du Trésor a envoyé des avis de négociations à des syndicats dont les effectifs représentent plus de 100 000 employés fédéraux.
L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) a confirmé avoir reçu des avis pour négocier pour les groupes PA (Programmes et administration) avec 70 000 membres, TC (services techniques - 10 000), et EB (enseignement et bibliothéconomie - 1000).
L'invitation pour négocier a également été transmise à l'Association canadienne des employés professionnels, le 24 février dernier, alors que la convention collective des 11 500 membres du groupe EC, qui inclut principalement les économistes, ne prend fin que le 21 juin.
Pour sa part, l'Association des juristes de justice, qui représente 2700 avocats, a eu une première rencontre de négociation le 26 février. Leur contrat de travail se termine le 9 mai.
Changements législatifs
Selon le président de l'ACEP, Claude Poirier, l'empressement du Conseil du Trésor à négocier les prochaines conventions collectives s'inscrit dans la foulée des changements législatifs. Le gouvernement s'est notamment doté d'outils législatifs lui permettant d'imposer le régime de négociation et de déterminer quels seront les emplois jugés essentiels.
« Il faut également comprendre l'empressement du gouvernement en analysant les sorties publiques du président du Conseil du Trésor, soutient M. Poirier. Tony Clement n'a pas hésité à triturer les chiffres et à recourir aux menaces à peine voilées pour laisser entendre que des changements majeurs au régime de congé de maladie feront partie de l'offre du gouvernement. Il sera question d'un régime d'invalidité à court terme. Quelqu'un a-t-il vraiment fait la démonstration que le système actuel est dysfonctionnel ? Pas à ma connaissance. »