Le ministre des Anciens combattants, Julian Fantino

Anciens combattants: Fantino ne change pas d'idée

Les arguments présentés par les vétérans n'auront pas réussi à convaincre le gouvernement Harper de surseoir à sa décision de fermer vendredi huit autres bureaux régionaux d'Anciens combattants Canada à travers le pays.
À la suite de sa rencontre avec un groupe de vétérans venus à Ottawa, mardi, le ministre des Anciens combattants, Julian Fantino, a indiqué par voie de communiqué qu'«il avait eu le plaisir de rassurer le groupe», et que «malgré la fermeture imminente de huit bureaux de district sous-utilisés, le gouvernement du Canada a augmenté le nombre de points de service aux anciens combattants de plus de 620 depuis 2006».
Le ministre Fantino a ainsi expliqué que le partenariat entre Anciens combattants Canada et Service Canada permettra d'adapter les services au profil changeant des vétérans canadiens.
«Alors que le nombre de vétérans au Canada diminue, le gouvernement a procédé à la création ou au renforcement de 17 cliniques de traitement des traumatismes liés au stress opérationnel et de 24 centres intégrés de soutien au personnel, partout au pays, qui aident les anciens combattants récemment libérés des Forces armées canadiennes», indique le ministre Fantino.
Les services qui étaient offerts dans les bureaux d'Anciens combattants seront désormais offerts dans les bureaux de Service Canada.
Dans une ultime tentative pour éviter la fermeture des bureaux régionaux, des vétérans, accompagnés par l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), étaient venus sur la colline parlementaire, mardi, où ils avaient accusé le gouvernement Harper de «trahison» en raison de la fermeture de ces bureaux.
Selon eux, bon nombre d'anciens combattants, jeunes et moins jeunes, comptaient sur les services individualisés offerts dans ces bureaux pour obtenir l'aide nécessaire dont ils ont besoin.