Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le chef conservateur Erin O’Toole
Le chef conservateur Erin O’Toole

Fonction publique: pas de mises à pied, promettent les conservateurs

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les conservateurs promettent de ne pas supprimer d’emploi dans la fonction publique fédérale s’ils sont élus aux prochaines élections.

Le prochain candidat dans la circonscription de Pontiac et porte-parole régional pour le Parti conservateur, Michel Gauthier, a pris cet engagement en prévision d’éventuelles élections fédérales, plus tard cette année.

«Pas de coupes, a dit M. Gauthier. J’en ai parlé (au chef du parti) Erin O’Toole la semaine dernière, et c’est catégorique. Pas de mises à pied dans la fonction publique.»

S’ils forment le prochain gouvernement, les conservateurs prévoient un retour à l’équilibre budgétaire d’ici 10 ans «compte tenu de l’ampleur des déficits libéraux».

M. O’Toole veut dissiper les doutes sur d’éventuelles coupes budgétaires visant à faire économiser de l’argent à l’État. M. Gauthier s’est assuré auprès de son chef que les fonctionnaires de l’Outaouais ne soient pas pénalisés.


« Je partage l’inquiétude des électeurs de l’Outaouais et j’ai abordé cette situation dans le cadre d’un échange avec M. Erin O’Toole. »
Le porte-parole régional pour le Parti conservateur, Michel Gauthier

«Notre approche est claire et limpide. Le retour à l’équilibre budgétaire et l’assainissement des dépenses publiques ne se feront pas sur le dos des employés de la fonction publique fédérale. Le redressement passera par la relance économique, la création de richesse et la création de nouveaux emplois.»

Le futur candidat pontissois a par ailleurs fait un clin d’oeil aux syndicats de la fonction publique fédérale. «Ce retour à l’équilibre, nous le mènerons à terme avec le concours, la compétence et l’expertise des employés fédéraux. Ils font partie de la solution.»