Malheureusement, les nombreux festivaliers présents au parc de la Baie n’ont pu voir s’envoler les montgolfières en cette première soirée du festival gatinois. Par contre, quelques ballons ont été gonflés pour des vols captifs.

FMG: un premier soir «captif»

Malgré la température clémente, les milliers de personnes qui se sont déplacées pour la première journée de la 31e édition du Festival de montgolfières de Gatineau (FMG) devront s’armer de patience avant d’être témoins de la première envolée complète du week-end.

C’est un drapeau bleu qui était hissé au parc de la Baie jeudi soir, signifiant que la direction du vent n’était pas favorable et que les rafales étaient trop faibles à haute altitude pour permettre l’envolée et l’atterrissage des ballons avant le coucher du soleil. Cependant, les festivaliers ont tout de même pu assister à des vols captifs où les nacelles des montgolfières sont restées attachées aux véhicules de poursuite.

En entrevue avec Le Droit, le président du conseil d’administration du FMG, Stéphane Riel, ajoute que « la montgolfière est un moyen de transport aérien délicat et capricieux. On peut avoir l’impression que les conditions sur le terrain sont parfaites, toutefois lorsqu’on monte à haute altitude, les vents peuvent venir compliquer la situation. »

M. Riel indique néanmoins que des envolées matinales demeurent possibles. « Pour le moment, la température semble propice à des envolées ce week-end. Les vents se lèvent un peu plus tard en journée. »

Environnement Canada prévoit des vents qui souffleront autour de 10 km/h pour la journée de vendredi.

Pour cette 31e édition, c’est plus d’une trentaine de ballons sous 11 formes différentes qui seront présentés au public. Des pilotes du Québec et de l’Ontario, mais aussi des États-Unis et du Brésil, viendront en mettre plein la vue aux festivaliers.

Le nombre moyen de personnes foulant le site du plus grand festival en Outaouais s’élèvent habituellement entre 170 000 et 200 000. M. Riel s’attend à des données semblables pour l’édition 2018.

« C’est encourageant, on voit que les gens rentrent, il y a beaucoup de circulation. On a le soleil de notre côté, ça aide beaucoup. »

Comme chaque année, le FMG peut compter sur une vaste diversité démographique.

« Il y a une majorité de festivaliers de tous âges qui viennent de la région, mais il y a aussi environ 25 % des visiteurs qui viennent de l’extérieur. »

Une série de nouveautés

L’administration du FMG a fait appel à l’avis d’experts lors de son processus de planification stratégique afin d’injecter une dose de fraîcheur à l’évènement.

En conséquence, plusieurs nouvelles activités sont ajoutées au programme cette année.

Parmi ces nouveautés on y retrouve notamment un atelier de yoga, des 5 à 7 d’humour familial, des jeux d’évasion, un chapiteau dédié aux jeux vidéos ainsi que des sessions d’initiations à la planche à roulettes.

« L’accès au site est maintenant gratuit jusqu’à 8 h le matin pour ceux qui veulent venir voir les envolées. Nous offrons aussi des envolées captives gratuites le lundi », renchérit M. Riel.

En plus de ces nouveautés, et des traditionnelles envolées, les habitués du festival se retrouveront quand même en terrain familier.

« Les chanteurs pour enfants sont de retour, de même que le chapiteau des artisans. Il y a aussi plus de 300 artistes qui vont se produire sur nos trois scènes. »

M. Riel affirme que le processus de planification stratégique pour les prochaines éditions est déjà en développement.

« Nous sommes présentement en processus de réflexion pour continuer de se renouveler dans les prochaines années et garder un attrait pour les festivaliers. »