Le spectacle hommage à Pink Floyd, présenté lors de la première soirée du FMG, a répondu aux attentes des nombreux amateurs.

FMG: délire, swing et cœurs brisés

Le volet culturel du 31e Festival de montgolfières (FMG) de Gatineau s’est ouvert sans fausse note, jeudi soir.

La programmation a été lancée sur la scène Hydro-QuÈébec par David Thibault, sympathique interprète dont les reprises d’Elvis Presley l’ont propulsé sur les plateaux du talk-show d’Ellen Degeneres et de l’émission The Voice en France. Tout de l’interprète rappelait son idole : le swing dans les genoux, le vibrato dans la voix, la brillantine dans les cheveux. Le chanteur et ses musiciens ont livré des reprises énergiques de divers succès rockabilly. À la fin du spectacle, pratiquement tous les spectateurs qui s’étaient assis ont abandonné leur chaise pour se trémousser avec l’artiste de 21 ans.

En soirée, sur la scène Casino Lac-Leamy, Charlotte Cardin s’est présentée simplement, en tricot et pantalons, devant un noyau de fans qui l’attendait de pied ferme. Deux jours plus tôt, la chanteuse arrivait d’Europe, où elle et son groupe avaient joué dans plusieurs festivals en Suisse et en France devant des publics moins établis qu’au Québec. « Ça faisait longtemps qu’on n’a pas eu autant de fun pendant un show, alors c’est nice ! », a-t-elle lancé au parterre qui se remplissait.

« On va vous jouer plein de chansons d’amour. Vous allez apprendre plein de choses sur mes ruptures », a ricané la chanteuse, applaudie en réponse par le public. Le spectacle a couvert les pièces principales de ses deux EP ainsi que des reprises, dont Go Flex de Post Malone. Nouveauté pour les fans : Charlotte Cardin a dévoilé quelques chansons du premier album complet qu’elle enregistrera bientôt. Trois de ces extraits, dont un en français, Sous les jupes, résonnaient comme des ballades électro, lentes et langoureuses, qui parlent — surprise ! — d’amours qui vont mal.

La production principale de la soirée Space —The Best of Pink Floyd Show a porté les quelques centaines de spectateurs dans une longue rêverie. À ses débuts en 1965, le groupe légendaire avait comme guitariste Syd Barrett, dont la consommation excessive de drogues a entraîné son exclusion du groupe. « Ce soir, on fait un voyage dans ce qui aurait pu être le rêve de Syd Barrett, à travers sa version de ce qu’aurait été Pink Floyd », a ouvert le metteur en scène Richard Petit.

Difficile de nommer quelque chose qui ne se trouvait pas dans la mégaproduction. Vidéos kaléidoscopiques, reprises fidèles, détails théâtraux ; même les costumes étaient délirants — l’instant d’une chanson, le chanteur a porté un costume couvert d’ampoules allumées. Les spectateurs ont visiblement apprécié la version complète d’Another Brick in The Wall, que les musiciens ont joué le visage couvert d’un masque à gaz d’époque.

Vendredi sera la soirée de l’humour au Festival de montgolfières. Le 5 à 7 de l’humour réunira sur la scène familiale Jean-François Provençal, Matthieu Pepper, Yannick de Martino ainsi qu’Arnaud Soly.

Dès 21 h, la scène Casino Lac-Leamy accueillera Rosalie Vaillancourt, Julien Lacroix, Anthony Kavanagh et Rachid Badouri.

En musique, l’auteur-compositeur-interprète Hubert Lenoir et le groupe Yelo Molo précéderont les humoristes, à 20h.