Des résidents du Pontiac se disent furieux de la décision du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) d’interrompre le service de l’obstétrique de l’hôpital du Pontiac pour les six prochains mois.
Des résidents du Pontiac se disent furieux de la décision du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) d’interrompre le service de l’obstétrique de l’hôpital du Pontiac pour les six prochains mois.

Fermeture de l’obstétrique pour six mois dans le Pontiac: une «claque dans la face» des résidents

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Des résidents du Pontiac se disent furieux de la décision du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) d’interrompre le service de l’obstétrique de l’hôpital du Pontiac pour les six prochains mois.

Seulement cinq infirmières portaient le poids du service d’obstétrique sur leurs épaules au cours des derniers mois, alors que douze infirmières sont nécessaires pour faire rouler le service à plein régime. À la suite du récent départ de deux autres employés, le CISSSO n’a eu d’autre choix que de fermer le service jusqu’en septembre prochain.

«Ç’a été comme une claque dans la face. On se fait dire que ça va être fermé pour six mois et que si tout va bien il va peut-être rouvrir. Je peux vous dire que c’est vraiment choquant», a confié au Droit la porte-parole du regroupement citoyen la Voix du Pontiac, Josey Bouchard.

À LIRE AUSSI : Fermeture de l'obstétrique pour six mois dans le Pontiac

André Fortin « furieux »

«Le lien de confiance avec les gens du Pontiac est vraiment brisé. Si je me fis aux réactions que j’ai eues, les résidents sont furieux», a-t-elle enchaîné. «Cette fois-ci, c’est l’obstétrique, mais la prochaine fois est-ce que ce sera un autre service ? Les craintes des citoyens augmentent à l’égard de la survie même de l’hôpital.»

Mme Bouchard dénonce notamment le manque de transparence du CISSSO et du gouvernement québécois dans ce dossier. Elle estime que ces derniers doivent rendre des comptes aux résidents du Pontiac qui sont directement affectés par ce bris de service.

«Ce qu’on veut c’est une assemblée publique où ils vont venir nous expliquer exactement ce qu’il vont faire au cours des six prochains mois pour rouvrir notre service d’obstétrique. On reçoit des communiqués ici et là nous annonçant des fermetures temporaires depuis plusieurs mois et là tout d’un coup, ils tirent la plug sans en parler à personne. Ça tombe comme une tonne de brique cette nouvelle-là.»

Mme Bouchard estime d’ailleurs que le secteur du Pontiac se sent abandonné par le gouvernement caquiste. Elle déplore que l’inaction du gouvernement ait «décimé un centre de services sociaux et de santé de première qualité».

«Il y avait beaucoup d’espoirs lorsqu’on entendait que ça allait être un gouvernement pour les régions, mais là on se questionne à savoir si on est une région moindre qu’une autre. On se sent laissés de côté ici dans le Pontiac, on est très déçu que ce gouvernement-là qui se dit très pro-région n’ait pas été plus proactif à cet égard.»

Mme Bouchard invite par ailleurs les citoyens du Pontiac à se mobiliser pour faire entendre leur mécontentement.

«On voit que ça commence à bouger dans les municipalités du Pontiac. Tout le monde doit se mobiliser pour faire comprendre au gouvernement que ce n’est pas acceptable qu’on ait moins de services qu’ailleurs.»

Rappelons que la ministre de la Santé, Danielle McCann, a soutenu vendredi qu’elle comprend l’inquiétude des résidents, mais que la sécurité des mamans et des bébés demeure la priorité.

Le député libéral de Pontiac, André Fortin, a pour sa part exigé d’être informé périodiquement de l’évolution du dossier. Il a affirmé en mêlée de presse vendredi que la fermeture permanente de l’obstétrique à Shawville n’est pas une option.

Les femmes enceintes pourront tout de même poursuivre leurs suivis de grossesse à l’hôpital du Pontiac. Elles devront cependant se rendre à Gatineau pour leur accouchement.