Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'Outaouais compte maintenant 401 388 habitants sur son territoire.
L'Outaouais compte maintenant 401 388 habitants sur son territoire.

Faible ralentissement de la croissance démographique en Outaouais

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
L’Outaouais a vu sa croissance démographique ralentir légèrement en 2019-2020, selon les plus récentes données publiées par le gouvernement québécois. 

L'Institut de la statistique du Québec a publié jeudi le portrait démographique des régions du Québec, qui laisse voir une tendance: la croissance de la population ralentit dans les grands centres.

Bien que la croissance démographique de l’Outaouais s’était accélérée au cours des dernières années, l’exercice 2019-2020 a permis de démontrer que la population de la région a cru de 1,1%, comparativement à 1,2% lors de l’année précédente.

L’Outaouais compte donc 4384 résidents supplémentaires sur son territoire comparativement à l’année précédente. On recense désormais 401 388 habitants dans la région.

De plus, un total de 471 personnes ont migré d’une autre région pour venir s’établir en Outaouais au cours de la dernière année.

Cependant, le ralentissement observé dans la région est beaucoup moins marqué que ce que l’on retrouve dans la métropole.

Montréal a perdu près de 36 000 habitants au profit des autres régions du Québec en 2019-2020 - son plus important déficit de population depuis que les données sont disponibles, soit depuis 20 ans.

Plus précisément, Montréal a perdu 35 900 habitants dans ses échanges migratoires entre les régions du Québec en 2019-2020, soit 27 000 personnes qui sont venues s'établir à Montréal en provenance des autres régions du Québec, pendant que 62 900 l'ont quittée pour une autre région.

«Montréal est depuis longtemps déficitaire dans ses échanges migratoires avec les autres régions, mais le déficit de la dernière année est le plus important enregistré depuis que les données sont disponibles, soit depuis 2001-2002», écrivent les auteurs de l'étude à l'ISQ, Martine St-Amour et Simon Bézy.

Dans l'ensemble du Québec, ce sont 190 700 personnes qui ont changé de région administrative.

L'Institut de la statistique relève également une «forte accélération de la croissance de la population» dans certaines régions du Québec: Laurentides, Lanaudière, Mauricie, Estrie et Chaudière-Appalaches.

Cette fois, l'ISQ identifie deux causes: leurs résidants sont restés dans leur région et ces régions ont attiré davantage de résidants provenant d'ailleurs au Québec.

Dans les régions plus éloignées des grands centres également, le portrait démographique s'est amélioré.

L'ISQ souligne que le Bas-Saint-Laurent, le Saguenay-Lac Saint-Jean, l'Abitibi-Témiscamingue et la Gaspésie-Iles-de-la-Madeleine «ont toutes vu la population augmenter légèrement en 2019-2020».

En fait, la Côte-Nord est «la seule région où le nombre d'habitants a diminué». Mais, là encore, la décroissance a ralenti.