Excédé, il dirige son «bulldozer» vers un citoyen [VIDÉO]

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Un incident qui aurait pu avoir des conséquences graves s’est déroulé lundi matin, à Gatineau, alors que des citoyens tentaient d’empêcher des travaux de déboisement et d’aplanissement sur un terrain situé à l’angle du boulevard Lucerne et de l’avenue Frank-Robinson, dans le secteur Aylmer.

L’altercation est survenue vers 9h. Daniel Rück qui filmait la scène n’en revenait pas encore lorsque contacté par Le Droit. «L’homme au volant du bulldozer a tourné son engin dans ma direction et il s’est mis à avancer vers moi. Il n’a jamais cessé d’avancer. Il savait très bien que j’étais là, il m’a fait un doigt d’honneur en passant. Si je ne bougeais pas, il m’écrasait la jambe.»

Les images prises par M. Rück montrent que l’opérateur de machinerie a changé de direction et qu’il était conscient qu’il se dirigeait droit vers M. Rück. Des agents du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) qui ont été appelés sur les lieux sont arrivés après l’incident. «Je réfléchis encore pour décider si je vais déposer une plainte officielle», a indiqué M. Rück. Le SPVG n’était pas encore en mesure de préciser la séquence des événements lorsque joint par Le Droit

L’agente Renée-Anne St-Amant confirme que des policiers se sont déplacés pour «maintenir l’ordre public parce qu’il y avait une situation conflictuelle entre des citoyens et des travailleurs». 

Le SPVG invite la personne qui croit avoir été victime d’une possible agression à déposer une plainte officielle et qu’une enquête sera ouverte s’il y a lieu. «Je réfléchis encore pour décider si je vais déposer une plainte», a indiqué M. Rück. 

Travaux sans permis

France Gagnon, une autre citoyenne présente sur place lundi matin accuse le propriétaire du terrain, Marcel Raymond de GMR Construction, d’avoir agi sans obtenir les permis nécessaires de la part de la Ville de Gatineau. Elle tente depuis vendredi dernier d’alerter les autorités municipales. La conseillère municipale Audrey Bureau affirme avoir fait des vérifications auprès de l’administration et qu’aucun permis n’a été délivré pour de tels travaux à cet endroit. Aucun projet n’a été déposé à la Ville en lien avec ce terrain, a-t-elle ajouté. Le service des communications de la Ville a confirmé ces informations lundi après-midi.  

Un inspecteur du service de l’urbanisme de la Ville de Gatineau a été dépêché sur place par la Ville en milieu d’avant-midi. «Une inspection du terrain a été effectuée et un arrêt immédiat des travaux pour la réalisation de travaux sans permis a été demandé, a ajouté le service des communications. L’urbanisme assurera le suivi avec le propriétaire.» La machinerie a quitté les lieux peu avant midi. 

La Ville précise que ce terrain n’est pas situé dans un secteur boisé reconnu par le zonage et qu’il n’est pas situé dans un écoterritoire ni dans un corridor vert. Toutefois, ajoute la Ville, la carte des milieux humides de Canards Illimités et du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs identifie un marécage à cet endroit.

Marcel Raymond a précisé au Droit que les travaux en cours ont comme objectif de préparer le terrain à recevoir un projet résidentiel le printemps prochain. Il affirme qu’à son avis il n’avait pas besoin de permis pour réaliser ces travaux puisque, dit-il, ils ont été exigés par la Ville il y a déjà plusieurs années. 

«Je n’ai pas besoin de permis pour faire ça, a affirmé le promoteur. Ce que je fais c’est à la demande de la ville qui à l’époque, il y a plusieurs années, m’a permis de mettre cette terre de remplissage sur mon terrain à la condition que je l’aplanisse. Là, c’est ça que je fais. Je n’ai pas fait de déboisement. Il y avait des arbres qui avaient poussé dans les buttes, mais ce n’était pas des bons arbres. J’ai aussi retiré quelques arbres dangereux pour les voisins sur la rue Elizabeth.»