Emilie Maheu est décédée à l'âge de 26 ans.

Une vigile à la mémoire d'Emilie Maheu

Un hommage à Emilie Maheu et aux victimes de violence conjugale a été rendu lors d’une vigile à Alexandria, mercredi soir.

La psychologue clinicienne et résidente d’Alexandria, Dre Suzanne Filion, a organisé cette veillée à la bougie pour permettre à la famille d’Emilie Maheu et à son entourage de trouver une source de réconfort. « Vous savez, c’est comme si  [la communauté] est un filet en-dessous de la famille ; on est une ficelle de ce filet et ensemble, on se tient. Et si la famille a besoin de nous, on est là », a-t-elle témoigné. 

Pour les victimes de violence conjugale

La Dre Filion souhaitait également permettre à la communauté et aux victimes de violence conjugale d’être au courant des services à leur disposition. « Il y a eu quelque chose de violent qui s’est produit ici, une femme s’est fait tuer. Cette vigile est aussi un moyen d’offrir de l’information », a expliqué la Dre Filion. 

Une fois la veillée à la bougie terminée, les participants se sont déplacés de l’autre côté de la rue, où ils ont pu rencontrer une dizaine d’intervenants du milieu, soit experts en traumatismes ou en psychologie pour enfants. « Je reçois des appels tous les jours depuis, liés spécifiquement à cet événement. Cette vigile est pour partager, mais aussi pour savoir comment bien se préparer pour ne pas que ça devienne un traumatisme », a soutenu Mme Filion. 

Emilie Maheu, 26 ans, était mère d’une enfant d’à peine deux ans, et travaillait comme secrétaire et réceptionniste dans un cabinet chiropratique à Alexandria. 

La jeune femme avait été portée disparue, le jeudi 11 octobre. Elle avait été vue pour la dernière fois en quittant le travail. Deux jours plus tard, son corps a été retrouvé dans un champ de maïs à Glengarry-Sud, près du chemin de la Troisième Concession. 

La Police provinciale de l’Ontario a arrêté son ex-conjoint, Brandon Smeltzer, pour meurtre au premier degré.