L’agrotourisme est en pleine expansion et l’Est ontarien n’est pas en reste.

Une route agrotouristique passerait par les CUPR

Les adeptes de road trip pourront bientôt emprunter une route spéciale pour les touristes reliant le Québec, l’Est ontarien et les états du Vermont et de New York.

Le gouvernement de l’Ontario a octroyé une subvention de 23 000 $ aux Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR), par l’entremise d’un programme de développement économique rural, afin d’aider à la mise en place d’une route qui fera l’éloge de l’agrotourisme.

Les fonds seront utilisés pour procéder à une étude qui déterminera quelles entreprises régionales issues de l’agriculture sont les mieux préparées à recevoir un plus grand lot de touristes.

« Ça pourrait amener beaucoup de gens à venir demeurer un plus long terme chez nous, croit la directrice du développement économique et touristique des CUPR, Carole Lavigne. Tout en visitant nos avenues touristiques agricoles et culinaires, ils en apprendraient davantage sur les autres attraits touristiques de notre région et ça augmenterait les visites chez nous. »

L’objectif serait entre autres d’attirer des voyageurs provenant des États-Unis, qui ont « tout à gagner » de visiter la région.

L’idée de créer une telle route a pris son origine chez David Gillepsie, il y a environ un an et demi. Cet ancien producteur laitier aurait approché les CUPR, qui s’étaient dits fort intéressés à ce projet. « C’en est éventuellement devenu une discussion d’agrandir la route au niveau international. »

M. Gillepsie, qui a habité au Vermont, avait partagé son ambition de faire briller l’agriculture, un aspect qui fait se démarquer les CUPR, aux dires de Mme Lavigne.

Cette route touristique ne sera pas la première en son genre dans la province. L’Ontario avait dévoilé, à l’été 2018, la Route Champlain, un circuit touristique mettant en valeur la culture et le patrimoine francophones. Celui-ci s’étend sur 1500 km, de Hawkesbury à Parry Sound, en passant par Ottawa, Pembroke et North Bay, un parcours inspiré par celui qu’avait emprunté l’explorateur Samuel de Champlain.

Ce projet, dans lequel le gouvernement provincial avait injecté près de 700 000 $, a permis de créer plusieurs emplois grâce à la commercialisation de la route.

Sept régions touristiques avaient été identifiées sur le parcours, et chacune d’entre elles offre des produits distincts, dont ceux de la Fromagerie St-Albert, qui est également dans la mire de cette nouvelle route agrotouristique.

Les CUPR sont actuellement en attente de recevoir les soumissions afin de choisir le consultant qui mènera l’étude.

Celui-ci devrait être choisi d’ici le mois d’août, et l’étude devrait être complétée d’ici la fin de l’année 2019, ou en début 2020.