Les projets ont été approuvés en 2016 par la Société indépendante d’exploitation du réseau d’électricité.

Une révision judiciaire demandée pour les projets d'éoliennes

Deux mouvements d’opposition à la construction d’éoliennes dans l’Est ontarien demandent une révision judiciaire concernant des projets approuvés par la province.

Les groupes Sauvons La Nation et Concerned Citizens de North Stormont ont déposé une révision judiciaire le 23 janvier dernier auprès du ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique (MEACC).  

« C’est une situation inacceptable et nous croyons que le MEAMCC doit prendre ses responsabilités. C’est avec conviction que nous entreprenons ce recours légal », mentionnent les deux mouvements dans un communiqué.

La révision comprend cinq projets récemment approuvés dans la phase 1 du programme d’Approvisionnement de grands projets d’énergie renouvelable (AGER). 

Les projets sont Champs de l’est à St-Bernardin ; Nation Rise Wind Farm, dans la région de Finch, Crysler et Berwick ; Otter Creek Wind Farm près de Wallaceburg ; Strong Breeze Wind Power Project à Dutton-Dunwichet et Romney Wind Energy Center à Lakeshore. 

Les projets ont été approuvés en 2016 par la Société indépendante d’exploitation du réseau d’électricité.

Le principal point en litige concerne le bruit. « (L’objectif) est de contraindre le MEACC à appliquer ses propres règlements censés protéger la santé humaine du bruit excessif produit par les éoliennes industrielles », affirment les deux groupes opposants. 

Selon les règles de la province, la distance minimale entre une éolienne industrielle et une habitation non participante, soit une personne qui ne loue pas son terrain à une éolienne, est de 550 mètres. 

Aucune marge de recul n’est toutefois obligatoire pour les habitations participantes. 

« Les marges de recul ont pour but de protéger les personnes qui habitent près d’éoliennes industrielles du bruit qu’elles produisent », soulignent les mouvements d’opposition. 

Selon des données obtenues par l’organisme Wind Concerns Ontario en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, pas moins de 3100 plaintes officielles concernant le bruit et les vibrations auraient été déposées à la province entre 2006 et 2014. Plusieurs plaintes sont toujours en attente de réponses. 

« Malheureusement, les Ontariens vivant en milieu rural près d’éoliennes industrielles semblent être des dommages collatéraux causés par la ruée vers l’industrie non règlementée des énergies renouvelables créées par la Loi sur l’énergie verte de 2009 », déplorent les organismes Sauvons la Nation et Concerned Citizens.