Les gens de l'industrie du bingo se réuniront le 13 mars prochain à Gatineau afin de se pencher sur les moyens de raviver l'intérêt pour cette activité.

Une nouvelle taxe sur les «profits» des bingos et des 50/50

Une nouvelle taxe sème la grogne dans le milieu communautaire à Russell, dans l'Est ontarien. Les organismes communautaires locaux sont désormais imposés sur leurs revenus qui découlent des loteries. Le canton de Russell a instauré une taxe de 3% sur les fonds recueillis lors d'un bingo communautaire, d'un tirage, où lors d'un traditionnel «50/50».
Pour plusieurs organismes locaux à but non lucratif, il s'agit d'une source de revenus non négligeable.
«Ça va nous affecter, c'est sûr. Mais en fin de compte, ce sont les gens souvent plus démunis, ceux qu'on aide, qui vont en souffrir. Les bénévoles travaillent très fort pour amasser des fonds afin d'aider la communauté et là, on vient nous imposer une taxe de 3%! Des mesures comme celles-là ne peuvent que décourager les bénévoles et les organismes à se donner pour faire des campagnes de financement», a réagi le Grand Chevalier des Chevaliers de Colomb d'Embrun, Armand Beauchamp.
Législation provinciale
Le maire du canton de Russell explique qu'il s'agit d'une manière pour la municipalité de récupérer certains coûts encourus lors de la tenue d'activités caritatives qui impliquent des loteries.
«La législation provinciale impose un permis pour toutes activités relatives à la loterie, mais ce sont les employés de la municipalité qui sont responsables de l'émission de ces permis. Nous voulons récupérer nos coûts. C'est même la province de l'Ontario qui suggère aux municipalités d'imposer une taxe de 3%», explique le maire Jean-Paul St. Pierre.
Le club Optimiste d'Embrun s'oppose lui aussi à cette nouvelle réglementation.
«C'est la communauté qui va perdre. Et les jeunes aussi qui vont payer», a commenté Claude Blanchard, le président de l'organisme.
Mais le message a été entendu par le maire qui se dit prêt à revoir la formule.
«Nous sommes prêts à ouvrir le débat afin d'écouter nos organismes et trouver l'équilibre. Une taxe de 3% c'est peut-être un petit peu trop. Nous pourrions plutôt opter pour un frais fixe ou encore imposer une somme plafond à la taxe de 3%», a affirmé le maire St. Pierre.
L'enjeu fera l'objet de discussions lors de la prochaine réunion publique du conseil de Russell.
L'instauration de cette nouvelle taxe sur les loteries est passée inaperçue lors de l'adoption du budget 2014 de la ville. Le maire lui-même semblait surpris d'une telle mesure, raison pour laquelle il entend convoquer l'administration afin d'obtenir plus de détails.