Une nouvelle excursion gastronomique pourrait voir le jour l’été prochain dans l’Est ontarien. 
Une nouvelle excursion gastronomique pourrait voir le jour l’été prochain dans l’Est ontarien. 

Une nouvelle route touristique et gastronomique dans l’Est ontarien l’été prochain

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Une nouvelle excursion gastronomique pourrait voir le jour l’été prochain dans l’Est ontarien. 

Le circuit Broue et Chew veut faire découvrir aux touristes le meilleur des vignobles, des microbrasseries, des artisans et des restaurants des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR). «C’est comme une route agrotouristique et une route culinaire en même temps», explique Carole Lavigne, directrice du développement économique et touristique des CUPR. «On va travailler avec les agriculteurs et les entreprises agrotouristiques à savoir comment on peut les accompagner pour pouvoir développer de façon sécuritaire et attrayante leurs offres.» 

La pandémie de COVID-19 a bien évidemment eu un impact sur les motivations derrière le projet, précise la directrice. «En temps de pandémie, on sait que c’est le genre d’attraits touristiques qui semblent [être profitables] puisque les gens peuvent sortir en sécurité dans leurs autos et en petit nombre. Ce n’est pas des rassemblements, mais plutôt des visites». Le nouveau coronavirus agit cependant davantage au deuxième plan, puisque l’idée du projet était en branle avant la crise sanitaire. «On avait fait une étude avant la pandémie pour mettre en place un genre de route agrotouristique. Comme vous savez, l’Est ontarien on a beaucoup de brasseries, de petites entreprises touristiques ou de petites entreprises artisanales, autant culturelles, artisanales, des vignobles. On a une bonne diversité.» 

L’idée derrière Broue et Chew, c’est avant tout de faire suite au circuit Canamex (Canadian-American exchange), cette route agrotouristique de 1500 km qui reliera, une fois complétée, le Québec, l’Ontario, le Vermont et l’état de New York. «Il fallait qu’on mette en place une route agrotouristique pour être capables de jumeler cette route-là. Elle peut aussi être jumelée à la [route touristique Champlain de l’Ontario] qui existe. Il y a plusieurs possibilités», ajoute Mme Lavigne.  

Pour l’instant, l’excursion Broue et Chew n’en est qu’à ses balbutiements. Carole Lavigne souligne qu’elle ne peut pour l’instant pas donner de noms d’entreprises ou d’artisans qui feront assurément partie du projet, puisqu’elle n’a pas eu de confirmation. «On est en train de regarder pour des subventions [et les partenaires].»