La 12e mouture de la Marche « La rue, la nuit, femmes sans peur », qui sert à donner une voix au mouvement de sensibilisation contre la violence faite aux femmes, sera tenue dans le village de Wendover, à Alfred-Plantagenet.

Une initiative pour ne plus craindre de marcher seule la nuit

Le Centre Novas-CALACS francophone de Prescott-Russell invite la communauté à se rallier pour la Marche « La rue, la nuit, femmes sans peur », le mercredi 18 septembre.

La 12e mouture de cet événement, qui sert à donner une voix au mouvement de sensibilisation contre la violence faite aux femmes, sera tenue dans le village de Wendover, à Alfred-Plantagenet.

Une femme ne devrait pas avoir à craindre de se promener toute seule la nuit, a tenu à rappeler la directrice générale du Centre Novas-CALACS francophone de Prescott-Russell, Anne Jutras. « Il y a plein de mythes autour des femmes qui sont agressées sexuellement, notamment que ce sont des étrangers, le soir, quand il fait noir, ou encore que ce n’est pas sécuritaire pour une femme de marcher seule la nuit, et que c’est notre responsabilité d’être accompagnée. »

80 % des agressions sexuelles dénoncées sont faites par des gens qui sont connus par la victime, dit-elle. « À la maison, au travail, rarement dans les ruelles noires. Ça arrive, mais beaucoup moins, et c’est pourquoi il faut défaire ce mythe. On veut se réapproprier la rue. On ne devrait pas avoir à penser à ces choses-là. »

Pourquoi cette marche est-elle toujours nécessaire en 2019 ? Parce que « plein de nos droits sont remis en question plus souvent qu’autrement », note la directrice générale de l’organisme, soulignant notamment le droit à l’avortement. 

« On se disait qu’on n’avait plus besoin de crier aussi fort, parce qu’on les avait acquis, nos droits. Mais là, on recommence à toucher à la base. Ce sont les femmes, et souvent les femmes les plus vulnérables qui portent la charge de ces droits-là. »

Au Canada, une femme sur trois subira une agression sexuelle à l’âge adulte, selon les données les plus récentes de Statistique Canada. 

Nouvelle année, nouvelle municipalité

Chaque année, la Marche est organisée dans une municipalité différente de Prescott-Russell, assurant ainsi une rotation qui permet à tout le monde d’y avoir accès, étant donné la grande superficie du territoire. L’idée est aussi d’offrir l’occasion aux différentes administrations municipales de prendre en charge l’événement. 

Le maire d’Alfred-Plantagenet, Stéphane Sarrazin, s’est dit ravi d’accueillir cette année l’activité, « qui a pour but de dénoncer la violence et les agressions faites aux femmes ».

Les femmes qui ont besoin de transport peuvent appeler le Centre Novas pour réserver leur place avant le 15 septembre.