Le budget de Clarence-Rockland a finalement été approuvé avec une hausse des taxes de 2,92%.

Une hausse de taxes de 2,92% à Clarence-Rockland

Habituellement presque complètement vides, les sièges pour les membres du public étaient tous occupés mercredi soir lors de la réunion du conseil municipal de Clarence-Rockland.

La communauté était omniprésente afin d’assister aux discussions entourant le vote sur le budget, qui a finalement été approuvé avec une hausse de 2,92 %.

La possibilité d’une augmentation de 4 % des frais d’utilisation des patinoires et des terrains sportifs en a fait sortir plusieurs de leurs gonds. « Les activités sportives, ce n’est pas un luxe, c’est un besoin », a exprimé la présidente du Club de hockey mineur du canton de Clarence, Robin Barré, applaudie par les personnes présentes.

Celle-ci a notamment évoqué l’augmentation des frais de ces terrains sportifs de 2,5 % l’an dernier, faisant passer les prix de 195 $ à 206 $ par sportif.

En entrevue avec Le Droit, Mme Barré a confié que l’un de ses enfants joue au soccer à Plantagenet pour 80 $ plutôt que dans sa propre municipalité, afin d’éviter les frais de 175 $.

« Moi j’ai un enfant qui joue au hockey, un qui joue au soccer, et l’autre en danse. Ça devient un gros fardeau pour les parents. »

Finalement, les élus ont plutôt décidé de réduire l’augmentation des frais de glace et des terrains sportifs à 2 %.

Toutefois, ceux-ci ont tenté à tout prix d’éviter une augmentation plus grande que 2,92 % au budget. Pour compenser les frais, c’est le Service des incendies qui devra en assumer les coûts. Le budget de l’enveloppe salariale des pompiers volontaires a dû être tranché de 7800 $.

C’est le conseiller André J. Lalonde qui a proposé cette réduction. À son avis, la hausse du budget pour les salaires à temps partiel demandé par le Service des incendies était « exagérée ».

Le Chef des pompiers Brian Wilson a expliqué cette augmentation en partie par les défis que peut représenter un Service des incendies n’opérant que sur une base de pompiers volontaires.

« On ne sait jamais combien de pompiers vont se présenter sur les lieux quand on reçoit un appel. C’est toujours une supposition qu’on doit faire. »

Celui-ci a ajouté que l’augmentation demandée par son service pouvait aussi être expliquée par le fait que le conseil avait pris la décision d’embaucher davantage de pompiers volontaires en 2018, ainsi que par l’augmentation du coût de la vie.

Malgré les objections du Chef pompier, il s’agit selon lui d’un compromis comprenable. « C’est dommage, mais on va devoir trouver des solutions pour s’adapter. Je comprends que le conseil a des décisions difficiles à prendre. »

Pour sa part, la présidente du Club de hockey mineur du canton de Clarence s’est dite satisfaite, mais sans plus. « Ça a été une surprise que le conseil coupe dans les services pompiers, on ne s’y attendait pas du tout. »