La tour Higginson était à l’origine un moulin à vent. Malheureusement, l’expérience n’a pas duré parce qu’il manquait de... vent.

Un symbole de Vankleek Hill

L'ÉTÉ EST ONTARIEN / La région de Prescott-Russell regorge d’activités récréotouristiques intéressantes et d’histoires palpitantes qui n’attendent qu’à être racontées. Le Droit vous a préparé une sélection de cinq endroits de la région qui sont quelque peu méconnus et qui méritent davantage d’attention. À visiter en famille ou entre amis. Aujourd'hui, la tour d'observation Higginson.

Dans ce petit village éclectique du canton de Champlain, on retrouve la tour d’observation Higginson, qui offre un panorama majestueux. Or, une histoire toute particulière se cache derrière cette structure ancestrale, la plus haute de tout le village.

La tour d’observation Higginson témoigne des nombreuses contributions d’un Irlandais natif du comté d’Antrim, le lieutenant-colonel Thomas Higginson, qui s’est installé à Vankleek Hill en 1829.

Quelques années après son arrivée, celui-ci construisit un moulin à vent de 20 mètres de hauteur pour moudre le blé et le maïs, tout en poursuivant les améliorations au développement commercial de la région. C’est notamment à ce moment que M. Higginson a fondé le Mechanic’s Institute de Vankleek Hill.

Entre temps, le moulin à vent fut néanmoins un échec, étant donné l’insuffisance du vent.

Un peu plus de 30 ans plus tard, des nationalistes irlandais des États-Unis, que l’on appelait les Fenians, s’apprêtaient à envahir le Canada et la région. C’est ainsi que le moulin est devenu une tour de garde, permettant aux soldats d’assurer une bonne surveillance. Les pales du moulin avaient été retirées et la base de pierre avait été allongée par une structure de bois plus élevée.

En 2006, grâce à une grande mobilisation de la communauté ayant amassé tout près de 300 000 $ en collectes de fonds, la tour Higginson a été rénovée et ouverte au public. Celle-ci présente une exposition d’images et d’artefacts dénichés lors de l’enquête archéologique qui a eu lieu avant la restauration. Cette tour représente aujourd’hui le symbole de Vankleek Hill.

Elle est ouverte cinq jours par semaine, du mercredi au dimanche, entre 10h et 17h. Les groupes touristiques sont les bienvenus, et les visiteurs peuvent bénéficier d’un programme interprétatif bilingue.

Voyage d’époque en temps modernes

Ce village du canton de Champlain en est un qui plaît aux amoureux de l’architecture victorienne. Surnommé la capitale ontarienne de la dentelle de bois, Gingerbread Capital of Ontario, en anglais, on retrouve à Vankleek Hill plus de 200 de ces maisons aux briques rouges et aux boiseries d’époque.

Cet endroit foisonne d’entreprises agrotouristiques et le tourisme brassicole y est en pleine expansion. C’est d’ailleurs là que l’on retrouve la brasserie Beau’s, bien connue des amateurs de bières artisanales. Le festival Oktoberfest, organisé par cette même brasserie, attire annuellement des dizaines de milliers de participants et propose une programmation 100 % canadienne.

Par ailleurs, le Vankleek Cottage fait également partie des endroits à visiter. Situé à l’étage principal d’un des édifices historiques de la rue Main, il comporte plus de dix chambres, chacune arborant son propre thème avec plein d’idées cadeaux, telles que des vêtements, meubles, bijouterie, courtepointe et antiquités.

Dès que l’on met le pied à Vankleek Hill, on reconnaît immédiatement son charme campagnard. Marché champêtre, savons faits maison, les hipsters y prennent goût rapidement.

À VENIR:
>
Vous aimez miroiser ? Les lecteurs amateurs d’ornithologie en apprendront davantage demain sur les endroits de Prescott-Russell où il est possible d’observer, d’écouter et de photographier d’innombrables quantités d’espèces d’oiseaux différentes.