Le maire de Russell, Pierre Leroux

Un projet qui dérange à Russell

Malgré une opposition citoyenne, la municipalité de Russell ira de l'avant avec le prolongement du sentier récréatif pavé entre le chemin Forced et la route 200 à Russell.
Le projet préalablement approuvé au budget était de retour sur la table mardi en réponse à un groupe de citoyen qui s'oppose au pavage de cette portion de la piste. C'est que la municipalité a obtenu récemment une somme de plus de 85 000 $ issus du Programme d'infrastructure communautaire Canada 150 pour des travaux de réfection ainsi que le prolongement de la piste récréative municipale.
Le projet avait suscité notamment le mécontentement de la résidente Heidi Kornherr qui a recueilli quelque 270 signatures sur une pétition s'opposant au pavage de cette portion de chemin. 
« Sur ce sentier, nous avons une variété d'utilisateurs qui pratique le ski de fond, l'équitation ou promène tout simplement leur chien. Nous croyons qu'elle devrait demeurer un chemin naturel plutôt qu'un chemin pavé ou il faut toujours faire attention aux passages des vélos », a confié Mme Kornherr.
La résidente utilisait également cette section non pavée  de la piste municipale pour son école d'équitation. Pour des raisons liées aux assurances, cette utilisation ne serait pas permise suite au pavage. 
La municipalité a malgré tout jonglé avec l'idée de retirer cette portion de pavage modifiant ainsi la demande de subvention gouvernementale. Le conseil s'est toutefois ravisé notamment après la réception d'une lettre du député fédéral de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin. 
« [...] Si la municipalité décidait de ne pas procéder avec ce projet, le montant serait redirigé vers un autre projet qui n'est pas situé dans votre communauté », mentionne M. Drouin. 
La municipalité s'apprête également à présenter son Plan officiel qui comprendrait notamment une expansion de la piste récréative qui pourrait se greffer à la piste d'Ottawa.
« La piste récréative est l'infrastructure récréative la plus utilisée que nous avons. Je pense que paver cette portion surtout avec l'appui d'une subvention, c'est une bonne planification pour l'avenir », a affirmé le maire de Russell, Pierre Leroux.