Jonathan B. Roy a passé la nuit de Noël à la frontière du Laos et du Vietnam.

Un Noël passé entre deux pays

Alors que plusieurs ont célébré Noël en famille, Jonathan B. Roy, lui, a passé la nuit sur la frontière entre le Laos et le Vietnam dans le cadre de son périple à vélo autour du monde.
Après avoir quitté le Canada, en mars 2016, le voyageur de L'Orignal, de l'Est ontarien a atteint un de ses objectifs, celui de se rendre au Vietnam. Il a parcouru au total près de 13 000 km, 3000 km de plus que son but initial de 10 000 km et l'aventure se poursuit.
Le soir du 24 décembre, il est arrivé à la frontière du Vietnam avec environ 40 kilomètres à franchir avant d'arriver à la prochaine ville. Plutôt que de monter à bord d'un autobus qui exigeait un tarif déraisonnable, il a tout simplement piqué sa tente tout près du poste frontalier. Pour une rare fois dans son périple, le cycliste a été bien accueilli à la frontière.
« J'ai demandé aux douaniers où je pourrais camper et eux, bien détendus, m'ont proposé un endroit tout près. J'ai campé à dix mètres de la frontière », a confié en riant Jonathan Roy dans le cadre d'un entretien vidéo sur Facebook.
Bien qu'ici les gens célèbrent le temps des Fêtes, de l'autre côté de la planète, où se trouve le globe-trotter, il n'en est rien. Le dimanche était une journée comme les autres.
« On pense que Noël c'est universel, mais réellement, là où j'étais, ce n'était pas dans un pays à tradition chrétienne. Je n'ai pas entendu une chanson de Noël ni vu de décorations installées depuis deux mois ».
Le « joyeux Noël », Jonathan l'a plutôt entendu de la part de sa famille et de ses amis grâce à internet.
Des hauts et des bas
Les derniers mois n'ont pas été aisés pour Jonathan, lui qui a traversé la Birmanie, la Thaïlande et ensuite le Laos. Physiquement, le défi demeurait les terrains montagneux et la chaleur. Aussitôt une montagne franchie, une autre se dressait sur son chemin.
« Vous, vous avez de la neige, moi je transpire à fond ici comme jamais. J'ai chaud parce que je monte constamment », raconte Jonathan.
Cet épuisement apporte évidemment son lot de problèmes chez le cycliste qui est tombé malade pendant quelques jours en Birmanie. Après s'être quelque peu remis, il a poursuivi sa route jusqu'en Thaïlande où, de nouveau, la fatigue la rattrapée.
« Je roulais pratiquement tous les jours sans trop de repos. Ça m'a rattrapé et j'ai pratiquement perdu connaissance en Thaïlande en montant. Mon corps me rappelait que ce n'est pas une course. En étant seul, il faut vraiment que tu sois à l'écoute de ton corps parce qu'il n'y a personne à côté qui va demander un arrêt. »
Ces épisodes de fatigue sont aujourd'hui derrière lui et le globe-trotter se dit près même pour une autre année de vélo.
De la visite familière
Le 4 janvier prochain, Jonathan ira rejoindre son père à Hanoï, la capitale du Vietnam pour un duo de vélo père-fils s'étalant sur un mois. Qui plus est, il aura l'occasion de célébrer le 60e anniversaire de son père, le 16 janvier prochain.
« Je trouve ça super d'avoir la chance d'être avec lui pour célébrer son 60e anniversaire tout en découvrant ensemble un pays. J'étais seul pour mon anniversaire et les fêtes, donc on va peut-être se rattraper en terme de célébration vu que c'est sa fête et que c'est une grosse fête », a-t-il souligné.