Le 23 avril, il s'agira de la dernière rencontre publique sur l'étude environnementale de l'élargissement de la route 17/174.

Ultime rencontre sur l'élargissement de la route 17/174

Les maires des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR) unissent leurs voix pour inviter les citoyens à participer en grand nombre, le 23 avril prochain, à la rencontre sur l'étude environnementale sur l'élargissement de la route 17/174.
«C'est la dernière fois que le public va avoir l'occasion de se prononcer sur cette étude-là», a plaidé le maire d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, exprimant du même souffle sa déception à la suite de la rencontre tenue à Rockland en février dernier. Une quarantaine de personnes s'y étaient présentées.
«J'ai été excessivement déçu de la participation des gens de Prescott-Russell, dit-il. C'est nous qui avons le plus à gagner là-dedans».
Le maire de Clarence-Rockland pessimiste
Bien que l'étude soit toujours en cours, les récentes discussions tenues au sein des CUPR et des conseils municipaux laissent déjà entrevoir une conclusion négative en ce qui concerne l'élargissement de la 17/174.
Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, fait d'ailleurs allusion depuis quelque temps au désintérêt de la Ville d'Ottawa dans ce dossier. Il ajoute même que la capitale miserait, au contraire, sur le ralentissement de la circulation.
«Il y a des rumeurs qui circulent voulant qu'Ottawa installe un rond-point à la hauteur du traversier de Cumberland. Tout ça serait accompagné d'autres moyens pour ralentir la circulation. C'est pour ça que je veux organiser une rencontre avec le maire d'Ottawa, Jim Watson, pour pousser le provincial à reprendre ce chemin-là», a fait savoir M. Desjardins.
Le maire Desjardins croit que ses citoyens devraient être présents en grand nombre, «parce que ce sont eux qui sont pris dans ce stationnement (la route 17/174), le matin et le soir».
La séance portes ouvertes, qui aura lieu à la salle communautaire de Clarence Creek (418, rue Lemay) de 18 h à 21 h, se penchera notamment sur la troisième phase de l'étude environnementale entamée il y a environ trois ans, au coût de 4 millions$.
Elle vise l'élargissement à quatre voies de la route 17/174 dans le but de rendre la circulation plus fluide.