Cornwall fait face à un problème de surpopulation de chats errants.

Trop de chats errants à Cornwall

La ville de Cornwall est aux prises avec un problème de surpopulation des chats errants. Pour remédier à la situation, la clinique mobile de stérilisation de la SPCA de l’Ontario s’y est arrêtée quelques jours.

À bord de cette clinique mobile de près de 40 pieds, les membres de la SPCA de l’Ontario ont effectué plus d’une soixantaine de stérilisations sur leurs deux tables d’opérations.

« C’est un fait bien documenté qu’il y a un grand problème de chats errants ici, à Cornwall », a affirmé le Chef des programmes et de la sensibilisation communautaire de la SPCA de l’Ontario, Daryl Vaillancourt.

Selon lui, une surpopulation de chats de gouttière augmente de façon importante les risques de maladies. Les animaux qui n’appartiennent à personne se reproduisent et ne sont pas suivis par un vétérinaire, « et ça peut causer beaucoup de problèmes ».

Une seule femelle peut avoir trois portées de quatre à cinq chatons chacune par année, jusqu’à 41 en 12 mois. De plus, une chatte peut tomber enceinte dès l’âge de quatre mois, faisant de ces animaux encore plus difficiles à suivre et à traiter.

Selon la SPCA de l’Ontario, environ le tiers des chats remis à l’organisme proviennent de la région de Cornwall.

Dans la municipalité, 40 % des chats reçus à l’organisme sont malades ou blessés, soit deux fois plus que dans le reste de la province.

En février dernier, un sondage consultatif sur les chats à Cornwall a été lancé afin de mieux déterminer si davantage de fonds devraient être alloués pour résoudre le problème.

La nouvelle unité mobile de l’organisme pour contrôler la surpopulation d’animaux domestiques permet aussi d’établir des relations avec les propriétaires d’animaux et leur vétérinaire local.

C’est grâce à une subvention accordée par les magasins Pet Valu que l’achat du véhicule a été rendu possible.

Il circulera dans les communautés de la province, atteignant les zones mal desservies, telles que Brockville et Peterborough, pour offrir des chirurgies stériles, des examens de la santé, des micropuces et des vaccins.

« Cette unité mobile est une opération à volume élevé qui nous permet de stériliser ou de stériliser un grand nombre d’animaux en peu de temps afin de réduire le nombre d’animaux indésirables qui se retrouvent sans abri dans la rue », affirme M. Vaillancourt.