Jean-Paul St. Pierre

Situation financière précaire dans l'Est ontarien

Une étude vient confirmer une fois de plus ce que les élus de l'Est ontarien savent depuis longtemps, à savoir que la région est l'enfant pauvre de la province.
Un rapport dévoilé par le Caucus des présidents de l'Est ontarien (EOWC) dresse un portrait d'une région rurale qui a des revenus inférieurs à la moyenne provinciale, un plus faible niveau d'éducation, une proportion plus élevée de personnes âgées, et une proportion plus élevée de logements nécessitant des réparations majeures.
En somme, les contribuables des municipalités rurales de l'Est ontarien ont de plus en plus de difficulté à payer les coûts des services municipaux essentiels, concluent les maires de la région.
«Notre analyse démontre que les revenus des ménages ruraux sont en moyenne 10 000 $ par année de moins que la moyenne de l'Ontario. Nous sommes à un carrefour en matière de viabilité financière des collectivités locales. Nos résidents ne peuvent tout simplement pas se permettre de payer les coûts sans cesse croissants des services municipaux, particulièrement lorsque les zones rurales ont tellement d'infrastructures qui doivent être maintenues par une population petite et dispersée», explique Jean-Paul St. Pierre, président de l'EOWC et maire du Canton de Russell.
Le rapport révèle notamment une distorsion entre le nombre contribuables des municipalités de l'Est ontarien et le nombre de kilomètres à entretenir le réseau routier.
«Dans l'Est ontarien, on a plus de 69 000 kilomètres de routes sous notre juridiction. C'est une fois et demie la circonférence de la terre. Toutes proportions gardées, la facture pour la réparation de chaque kilomètre de route est divisée entre 25 foyers en ville et entre cinq ménages dans les municipalités rurales de l'Est ontarien. La charge sur le contribuable n'est pas du tout la même», note le directeur général des Comtés unis de Prescott et Russell, Stéphane Parisien.
Le Caucus des présidents de l'Est ontarien demande à la province de l'Ontario la création immédiate d'un fonds de 350 millions $ pour soutenir les municipalités rurales dont 40% serait consacré exclusivement pour l'Est ontarien.
Et encore, cette mesure serait insuffisante pour colmater la brèche, soutient M. Parisien.
«Pour entretenir nos infrastructures, dans l'Est ontarien, nous aurions besoin d'un financement de 600 millions par année», note le directeur général des Comtés unis de Prescott et Russell.