Près d’une centaine de personnes ont participé à la veillée à la chandelle pour l’avenir de l’église St-Bernard de Fournier.

Sauver la « belle dame » de Fournier

Chandelles et lampions à la main, tout près d’une centaine de personnes se sont rassemblées à l’église St-Bernard de Fournier dans l’Est ontarien dimanche soirée. Il s’agissait d’une veillée à la chandelle organisée dans l’espoir de sauver à la fois la paroisse ainsi que l’édifice vieux de 131 ans, souvent appelé la « belle dame » de la rue principale de Fournier.

Rappelons qu’il est toujours dans l’intention de l’archidiocèse d’Ottawa de fermer cette paroisse dans un futur rapproché. « À compter de ce soir, les cloches de l’Église St-Bernard de Fournier resteront muettes tant que pèsera sur elle cette menace de l’archevêché », a annoncé Gaston Levac, président du comité de l’administration de la paroisse.

Plusieurs minutes de silence ont été maintenues. Les gens ont ensuite fait le tour de l’intérieur de l’église tout en jetant une pierre blanche à leur passage devant un panier pour symboliser la paix.

« Rendus chez vous, jetez là loin et très loin cette pierre de la tentation de céder à la colère. La colère n’a pas sa place dans nos cœurs. Est-ce qu’on pourrait lapider du monde dans toute cette triste histoire de menace qui pèse sur notre église ? Je vous le demande », a souligné M. Levac.

L’événement se tenait la veille d’une réunion du conseil municipal de La Nation. Lors de l’assemblée, ce lundi, les conseillers seront appelés à voter sur le retrait de la demande de désignation de l’église comme bien du patrimoine.

Au mois de mars 2017, le conseil avait toutefois voté à l’unanimité pour une désignation patrimoniale demandée par le Comité du patrimoine alors que l’archidiocèse s’y opposait. Celui-ci suggérait plutôt un sursis allant jusqu’à cinq ans avant de considérer la fermeture de la paroisse.

Sauver une paroisse et des œuvres d’art
Actuellement, deux luttes sont menées en ce qui concerne l’avenir de l’église de Fournier. Il y a le maintien de la paroisse qui passera notamment par une revitalisation.

« Qu’il nous accorde le même temps et les mêmes conditions que toutes les paroisses voisines pour revitaliser la nôtre », mentionne un énoncé distribué aux paroissiens.

Ensuite, le Comité du patrimoine de l’église demande la protection et la reconnaissance de l’édifice à titre de bien du patrimoine notamment dans le but de protéger les multiples œuvres d’art qui s’y trouvent.