Au risque de payer 5 millions $ plus cher, c’est à une nouvelle résidence pour personnes âgées plus spacieuse que songent les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Résidence pour personnes âgées à Prescott-Russell: les maires voient grand

Au risque de payer 5 millions $ plus cher, c’est à une nouvelle résidence pour personnes âgées plus spacieuse que songent les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

Le gestionnaire du projet, Andrew Rodrigues, a présenté les plans de conception aux élus lors de la réunion plénière, mercredi, et ils ont dû choisir entre deux options.

La première option, évaluée à 3,5 millions $ de plus que le budget de construction initial, préconisait une résidence comportant des chambres moins spacieuses, soit de 615 pieds carrés par résident, quoiqu’en concordance avec les normes minimales que recommande le ministère de la Santé et de Soins de longue durée de l’Ontario.

La deuxième option, celle sur laquelle se prononceront les maires lors de leur prochaine réunion régulière, vaudrait 5,1 millions $ de plus que ce qui a été approuvé au budget de construction. Selon cette option, les chambres des résidents seraient plus spacieuses, entre 800 et 900 pieds carrés par résident. Cette option engendrerait des coûts d’un peu plus de 8 millions $ par année aux municipalités.

Plus d’espace dans les chambres et dans les corridors permettra au personnel de mieux circuler et d’intervenir de façon plus efficace, a noté le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien.

Les élus ont aussi décidé qu’il était préférable de déplacer la terrasse extérieure réservée aux résidents. Initialement, elle devait être installée sur le toit de l’immeuble, mais M. Parisien a indiqué que « de mettre des personnes âgées à griller sur le toit n’est pas une bonne idée ».

Elle devrait donc être aménagée au deuxième étage, où il y aura davantage d’ombrage créé par le bâtiment et par des auvents.

Par ailleurs, les élus se sont permis de viser plus haut quant aux standards de construction pour éviter de devoir retourner sur la planche à dessin dans une dizaine d’années.

« Certaines des pièces qu’on ajoute, les dimensions, le patio qu’on ajoute, ce sont des choses que si on ne fait pas maintenant, on va finir par les faire dans cinq ou dix ans, et elles vont finir par nous coûter plus cher. Donc on n’est pas en train de dire qu’on ne respecte pas le budget, mais ça fait plus de deux ans qu’on travaille sur ce dossier-là, et il y a des coûts qui ont déjà augmenté. »

Desjardins en désaccord, une fois de plus

Sans grande surprise, le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, s’est montré pessimiste face aux plans proposés par M. Rodrigues.

« Nous n’avons même pas encore commencé et vous nous dites déjà que nous allons payer plus de 3,5 millions $ d’extra ? », s’est-il exclamé.

Depuis le début du projet, M. Desjardins s’est opposé à plusieurs décisions, affirmant que presque personne de sa municipalité ne bénéficiera de la nouvelle résidence. Il avait notamment voté contre l’ajout 78 lits au coût de 16 millions $ additionnels.

À son avis, suffisamment de résidences pour personnes âgées sont disponibles dans l’ouest des CUPR et à Orléans.