Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le médecin hygiéniste au BSEO, Dr Paul Roumeliotis
Le médecin hygiéniste au BSEO, Dr Paul Roumeliotis

Reconfinement ontarien: le BSEO appuie la décision du gouvernement Ford

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) appuie la décision du gouvernement Ford d'imposer un confinement de 28 jours de la région, qui débutera le 26 décembre. Dans l'Est ontarien, les mesures annoncées par Rob Ford sont mieux accueillies qu'à Ottawa. 

«Je suis inquiet pour notre région parce qu’on se dirigeait vers le rouge si les cas continuent comme ça, si ce n’était pas de la quarantaine qui s’en venait samedi», a précisé le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, pour expliquer sa position. 

Le gouvernement provincial de l’Ontario a annoncé lundi un reconfinement de l'entièreté du territoire ontarien pour 14 jours dès le 26 décembre et de deux semaines supplémentaires pour le sud de la province, afin de lutter contre la propagation de la COVID-19. Devant des chiffres locaux liés au virus stable, les autorités de Santé publique Ottawa et le maire Jim Watson sont sortis dans les médias afin de dénoncer ce qu’ils qualifiaient de décision injuste, vu la situation réelle sur le terrain dans la capitale fédérale. Pour le Dr Roumeliotis, même si Ottawa est voisine à l’Est ontarien, la situation n’est pas exactement pareille dans les deux régions. «Nous frôlons vraiment la zone rouge, contrairement à Ottawa qui est clairement dans l’orange», indique-t-il, en étalant les dernières données enregistrées pour son territoire. 

En effet, l’un des aspects qui inquiétaient le plus le Dr Roumeliotis, avant l’annonce du confinement, était l’afflux probable de Québécois qui auraient traversé la frontière ontarienne pendant le temps des fêtes, alors que toutes les zones rouges du Québec sont elles aussi en confinement. «Nous avons eu des cas liés à des travailleurs de notre région qui habitaient au Québec. [...] Nous avons eu beaucoup d’appels de plaintes des maires et de la communauté [à cet effet].» Contrairement au maire Jim Watson, qui indiquait lundi ne pas avoir eu écho de chiffres tangibles prouvant qu’un plus grand nombre de Québécois traversent la frontière, le Dr Roumeliotis croit que la proximité des régions est un facteur important. «Je pense que comme le Québec et l’Ontario seront au même stade de confinement, on va limiter les déplacements.»


« Je suis inquiet pour notre région parce qu’on se dirigeait vers le rouge si les cas continuent comme ça »
Dr Paul Roumeliotis

Il croit également que des fermetures et un confinement plus sporadique en province, comme ce que désire Ottawa,  n'auraient probablement pas le même effet. Selon lui, «deux périodes d'incubation sont nécessaires pour vraiment voir l’effet des restrictions». Mais ça ne signifie pas pour autant que Doug Ford complétera l’entièreté des 28 jours de confinement annoncés, ajoute le médecin. «Je sais que [le gouvernement] va réévaluer de façon hebdomadaire ou même quotidienne [les données]. Si à un moment donné, ils nous disent que les chiffres diminuent et ils nous le demandent, on va peut-être enlever la quarantaine, et ça va coïncider avec la quarantaine du Québec aussi.» 

Dix nouveaux cas dans l’Est ontarien

Le BSEO rapporte dix nouvelles infections liées à la COVID-19 sur son territoire mardi. Cependant, près du triple du nombre de cas s’ajoutent au bilan des guérisons, soit 28. Résultat, le nombre de cas actifs est encore en diminution et se chiffre à 250 cas. Toutes les municipalités rapportent actuellement des cas actifs, sauf le canton de Hawkesbury-Est. 

Dans les milieux scolaires, le BSEO recense 41 cas actifs dans 26 écoles publiques de la région. Cependant, seule l’école élémentaire catholique Saint-Isidore est considérée en flambée depuis maintenant trois semaines. «Nous n’avons eu qu’une poignée d’éclosions et quelques fermetures [dans les écoles]», ajoute le Dr Roumeliotis.  

Huit éclosions en milieux de soins sont toujours considérées actives, mais stables dans l’Est ontarien, soit aux établissements The Palace, à Alexandria, Heritage Heights, à Cornwall, TSIIonKwa NonhSoTe-LTC, à Akwesasne, Champlain Long Term Care, à L’Orignal, Sunset Cove Retirement Home, à Long Sault, la résidence Valoris, à Hammond et la maison Lancaster Long Term Care. Une nouvelle éclosion est également rapportée à la maison de soins Pinecrest de Plantagenet. Il s’agit d’une troisième flambée rapportée dans l’établissement, alors que la COVID avait frappé deux fois et fait 12 victimes lors de la première vague.  

Cinq personnes sont toujours hospitalisées pour traiter des symptômes de la maladie, dont deux aux soins intensifs. Le bilan du nombre de victimes de la COVID-19 demeure inchangé, avec 32 décès.