Le couple formé de Claude et Nicole Bourgon participe au Relais pour la vie depuis le début des années 2000.

Quinze ans empreints d'espoir grâce au Relais pour la vie

Si Nicole Bourgon est toujours de ce monde, aujourd'hui, après plusieurs combats contre la maladie, c'est en bonne partie grâce à des événements comme le Relais pour la vie de la Société canadienne du cancer.
Une quinzaine d'années sont passées depuis le jour où la femme de Saint-Isidore a constaté qu'une masse s'était formée sur sa poitrine. Le diagnostic n'a pas tardé: cancer du sein.
«C'était très difficile, c'est certain, dit-elle. On n'y croit pas du tout au début.»
Après plusieurs tests, elle a commencé des traitements de chimiothérapie et de radiation, en plus de subir l'ablation partielle de son sein.
Malgré les moments difficiles, elle et son conjoint conservent une attitude positive et décident de se joindre à la première édition du Relais pour la vie, à Maxville, dans l'Est ontarien.
Tour à tour, les participants se partagent une distance à parcourir à la marche durant 12 heures. L'événement s'ouvre avec le relais des survivants du cancer. Plus tard, au coucher du soleil, les participants sont invités à déposer des chandelles en honneur d'une personne atteinte du cancer.
Le 6 juin prochain, Nicole et Claude Bourgon, tous deux âgés de 68 ans, en seront à leur 15e participation au Relais pour la vie de Maxville.
«Pour nous, c'était une façon de redonner pour contribuer à la recherche, explique Claude. Sans ces avancées aujourd'hui, il n'y aura pas tant de choix de traitement, de chance de survie et ma conjointe ne serait peut-être pas ici aujourd'hui».
Deux épreuves
Après les traitements pour son cancer du sein, Mme Bourgon a joui d'une bonne santé. Mais en 2004, les médecins lui ont diagnostiqué un cancer du foie et des os, tous deux incurables.
Forte de son premier triomphe contre le cancer, elle s'est lancée dans ce nouveau combat. «Il ne fallait pas lâcher, dit-elle. Moi, j'ai été chanceuse parce que les traitements ont bien fonctionné. J'étais aussi bien entouré par ma famille. Il y a les traitements qui nous aident, oui, mais ça prend aussi la volonté de passer à travers.»
Le couple de Saint-Isidore sera au prochain Relais pour la vie à Maxville, le 6 juin prochain, de midi à minuit. Pour une première fois cette année, un Relais se déroulera également à l'École secondaire catholique de Plantagenet, le 12 juin, de 18h à minuit.
«Pour notre part, on va continuer de participer aussi longtemps qu'on le pourra, assure M. Bourgon. Ce qu'on aimerait voir, maintenant c'est une plus grande participation des jeunes.»
Pour plus de renseignements sur le Relais pour la vie, consultez le www.cancer.ca/relais.
Mbrunette@ledroit.com