Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le projet RREO Cell Gap vise à desservir 99% de la zone par des services d’appels vocaux.
Le projet RREO Cell Gap vise à desservir 99% de la zone par des services d’appels vocaux.

Projet Cell Gap: Le contrat attribué à Rogers Communications dans l’Est ontarien

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le Réseau régional de l’est de l’Ontario (RREO) a annoncé vendredi s’être associé avec le géant des télécommunications Rogers pour améliorer la couverture et la capacité des réseaux cellulaires dans tout l’est de la province, grâce à son projet Cell Gap.

Le financement qu’apporte Rogers Communications au projet porte sa valeur totale à plus de 300 millions de dollars. Les investissements des gouvernements fédéral et provincial ont contribué à hauteur de 71 millions de dollars chacun, alors que 10 millions de dollars sont issus de financements de la part du Caucus des présidents de l’Est de l’Ontario (Eastern Ontario Wardens Caucus - EOWC) et de la plupart des municipalités du Caucus des maires de l’est de l’Ontario.

«Rogers est ravi de se joindre à ce partenariat public-privé qui apporte une connectivité mobile sans fil fiable aux 113 municipalités et communautés autochtones de l’est de l’Ontario», a lancé le président-directeur général de Rogers, Joe Natale. «Nous sommes fiers de servir la région avec une infrastructure 5G essentielle, apportant à ses résidents, entreprises et visiteurs un avenir plus sûr, plus prospère et plus connecté.»

Le projet RREO Cell Gap vise à desservir 99% de la zone par des services d’appels vocaux, au moins 95 pour cent de la zone avec des services de niveau définition standard, comme les appels vidéo, l’utilisation d’applications de base et la diffusion en continu d’informations, puis au moins 85 % de la zone avec des niveaux de service capables de prendre en charge la diffusion en continu de vidéos haute définition et des applications plus gourmandes en données.

«L’amélioration du service cellulaire est la priorité absolue de l’EOWC depuis des années», a expliqué Debbie Robinson, présidente de l’EOWC. «La demande de large bande mobile croît de manière exponentielle, mais notre région manque cruellement de l’infrastructure nécessaire pour suivre le rythme. Bien que nous ayons lancé le projet bien avant COVID, nous savons qu’il sera essentiel pour la reprise économique de la région et pour améliorer la qualité de vie et la sécurité publique de nos communautés.»

Afin d’atteindre ces objectifs à la grandeur du territoire visé par cette annonce, Rogers Communications prévoit apporter des modifications à plus de 300 sites de télécommunications existantes et la construction de plus de 300 nouveaux sites d’ici quatre à cinq ans. Ces travaux doivent débuter dès le printemps prochain. 

Le projet devrait être complété d’ici 2025.