L’idée de faire augmenter le nombre de conseillers à La Nation inquiète le maire François St-Amour. «Est-ce que ça mettrait de la bisbille dans la municipalité? Je ne sais pas.»

Possibilité d’un second conseiller pour Limoges

Une nouvelle étude sur les limites des quartiers de Limoges pourrait faire augmenter à deux le nombre de conseillers. Un souhait partagé depuis plusieurs années par de nombreux résidents.

Actuellement, le conseil municipal de La Nation comprend quatre quartiers. La firme Watson & Associates Economists LTD a été sélectionnée pour faire en faire l’analyse. Elle sera responsable d’évaluer les forces et les faiblesses du système, de mener des consultations auprès des élus et du public et de préparer des projections de la démographie en prévision des trois prochaines élections municipales. Watson & Associates Economists devra aussi préparer un rapport qui établira des limites de quartiers alternatives de La Nation.

« Ça vaut la peine de passer au travers de l’exercice. Moi, je n’ai aucune préférence, mais je veux juste que dans le quartier 4 [Limoges], nous ayons une bonne représentation au conseil », souligne le conseiller municipal de Limoges, Francis Brière.

C’est d’ailleurs l’argument de la représentativité des citoyens qui prône dans ce dossier, étant donné qu’une augmentation du nombre de conseillers n’aurait aucun impact sur le budget de la municipalité. « Ce n’est pas une question financière. C’est juste que dans une démocratie, tu veux avoir une voix qui pèse autant que l’autre. »

Par ailleurs, M. Brière fait savoir que si la tendance se maintient, Limoges pourrait accueillir jusqu’à 800 nouvelles demeures d’ici les huit à dix prochaines années. « On a de gros plans pour Limoges, et si la population explose comme on le prévoit, la balance va juste continuer à être déséquilibrée. »

Le maire St-Amour en désaccord

Même s’il n’est « pas vraiment d’accord » avec une augmentation du nombre de conseillers dans sa municipalité, le maire François St-Amour entend laisser « les professionnels » guider les décisions futures dans ce dossier. « Ce n’est pas une décision qui doit venir du conseil municipal, parce que nous sommes biaisés. »

Ce qui l’inquiète surtout, c’est la possibilité que la cohésion entre les élus soit chamboulée. « Supposons qu’on irait avec deux conseillers à Limoges. Est-ce que ça mettrait de la bisbille dans la municipalité ? Je ne sais pas. Mais une chose est certaine, ça ne fait pas plus d’argent. Comme maire, je suis très content avec quatre conseillers, ça va très bien. On peut réagir très rapidement. Ça travaille bien. »

Des entrevues avec le maire, les conseillers municipaux et les conseils scolaires devraient être tenues dès cette semaine.

Le processus de révision des limites des quartiers devrait prendre jusqu’à dix mois.