Pas moins de 541 000$ ont dû être transférés du fond de roulement des Comtés unis de Prescott Russell pour pallier aux dépenses encourues par les services d’urgence pendant la COVID-19. C’est ce qu’a expliqué la trésorière des CUPR, Valérie Parisien, lors de la révision budgétaire 2020 cette semaine.
Pas moins de 541 000$ ont dû être transférés du fond de roulement des Comtés unis de Prescott Russell pour pallier aux dépenses encourues par les services d’urgence pendant la COVID-19. C’est ce qu’a expliqué la trésorière des CUPR, Valérie Parisien, lors de la révision budgétaire 2020 cette semaine.

Plus d'un demi-million $ de dépenses liées à la COVID-19 dans les CUPR 

Pas moins de 541 000$ ont dû être transférés du fond de roulement des Comtés unis de Prescott Russell pour pallier aux dépenses encourues par les services d’urgence pendant la COVID-19. C’est ce qu’a expliqué la trésorière des CUPR, Valérie Parisien, lors de la révision budgétaire 2020 cette semaine.

«Ça comprend toutes sortes de choses comme l’équipement de protection individuelle, les masques N95, les visières, les lunettes de sécurité, des formations pour le prélèvement par écouvillage [etc.]», indique Mme Parisien. Cependant, ce montant provenant du fonds de roulement est conditionnel au montant reçu éventuellement en soutien gouvernemental. «On sait qu’on va recevoir une subvention. Par contre, on n’est pas certains du montant et on n’est pas certains quand on va la recevoir. Étant donné qu’on ne possède pas de données suffisantes pour établir un montant de financement, on a prévu un transfert de la réserve. Advenant qu’on reçoive la subvention cette année pour couvrir ces dépenses [liées à la COVID-19], ce montant va être réduit en conséquence», ajoute-t-elle. 

Elle a d’ailleurs souligné l’importance que représente l’exercice de la révision budgétaire, depuis l’adoption du budget 2020 initial en novembre dernier. Elle explique que des ajustements doivent être apportés en fonction des résultats d’appels d’offres ou en fonction d’événements imprévisibles, comme la pandémie actuelle. 

À ces dépenses s’ajoute également l’absence du versement provincial lié aux profits encourus par les infractions, totalisant plus de 500 000$. «On a complètement éliminé le versement qu’on donne aux municipalités qui normalement découlent d’un profit de ce département-là», ajoute Mme Parisien. «Par contre, advenant qu’on ait été trop conservateurs et qu’il y ait un surplus en fin d’année, un versement pourrait avoir lieu [aux municipalités]. Mais la présente ébauche n’en présente pas du tout». 


« On sait qu’on va recevoir une subvention. Par contre, on n’est pas certains du montant et on n’est pas certains quand on va la recevoir. »
Valérie Parisien

Une perte de revenus de 22 600$ est également anticipée. Elle écoule de la décision de garder 12 lits vacants à même la Résidence Prescott-Russell pour des fins d’isolation en cas d’éclosion entre ses murs. “[Le 22 600$] a été complètement financé par les coupes budgétaires à même le département de la résidence, donc ça n’a pas d’impact sur la réquisition”, soulève cependant la trésorière, rappelant que le budget annuel des CUPR avoisine les 126 millions de dollars. 

Cependant, certaines dépenses prévues initialement n’auront finalement pas lieu. Malgré la COVID-19, la contribution des Comtés unis de Prescott et Russell au financement du Bureau de santé de l’est de l’Ontario demeurera à 25% pour le présent budget. Les CUPR anticipaient plutôt une augmentation de 5% des fonds remis au BSEO en novembre dernier, pour ainsi grimper à 30%. Ce gel permet donc aux Comtés unis d’enregistrer une économie de 210 000$.  

La révision budgétaire de la construction de la nouvelle Résidence Prescott Russell attribue quant à elle aussi une baisse de coût aux CUPR s’élevant à 160 000$ de moins que prévu, peut-on lire dans le budget.