Le conseiller Raymond Serrurier a quitté la table du conseil de Clarence-Rockland, hier soir, en pleine session, en signe de protestation.

L'intégrité de Raymond Serrurier mise à rude épreuve

Le conseiller de Clarence-Rockland Raymond Serrurier, figure d'intégrité et de transparence pour de nombreux partisans de l'ancien conseil municipal, fait face à une plainte pour conflit d'intérêts. Deux anciens rivaux de M.Serrurier aux dernières élections municipales viennent de déposer une requête formelle devant la Cour supérieure de l'Ontario faisant état de nombreux cas de conflits d'intérêts présumément commis par l'élu depuis 2006.
Jean-Claude Marinier et Jacques Archambault, les deux candidats défaits, prétendent que Raymond Serrurier a contrevenu à plusieurs reprises à la loi municipale en se prononçant sur l'octroi de contrats à la firme de génie-conseil Levac Robichaud Leclerc Associates Ltd. de Rockland, l'employeur de son fils.
«Indirectement, le fils de Raymond Serrurier en a profité. L'interprétation que je fais de la loi me dit que Raymond Serrurier aurait été à plus de 80 reprises dans une position de conflit d'intérêts depuis 2006. Maintenant, ça sera au juge de décider», a déclaré Jean-Claude Marinier, l'un des requérants.
Jacques Archambault a exigé la démission du conseiller, plus tôt ce mois-ci, lors d'une réunion du conseil.
Raymond Serrurier assure de son côté qu'il est blanc comme neige. Il refuse cependant de commenter à micro ouvert tant qu'il n'aura pas obtenu un avis juridique de son avocat.
Situation connue
La situation de Raymond Serrurier était pourtant connue de plusieurs, autour de la table du conseil de Clarence-Rockland.
Le maire Marcel Guibord a confié être au courant de la relation professionnelle qu'entretient le fils de Raymond Serrurier avec la firme Levac Robichaud Leclerc Associates Ltd, mais a dit s'en être remis au bon jugement du conseiller.
«Nous connaissions la situation. Nous savions ce qui se passait, mais je n'en ai pas fait de cas, car j'avais confiance en M.Serrurier. J'avoue qu'au début je suis resté surpris de voir qu'il ne se retirait pas lors de discussions concernant des contrats avec la firme Levac Robichaud Leclerc, mais j'ai présumé qu'il savait ce qu'il faisait», a commenté le maire Guibord.
Relations tendues
Les relations entre le conseiller Serrurier et le maire avec sa garde rapprochée ont toujours été tendues. Défenseur du bilan de la vieille garde au conseil, M.Serrurier a dénoncé en juillet 2011 le nouveau conseil auprès de l'ombudsman de l'Ontario, accusant certains élus d'avoir tenu des «huis clos déguisés», notamment dans le dossier de l'attribution des contrats juridiques de la ville. Sans condamner la Cité de Clarence-Rockland, l'ombudsman émettait quelques mois plus tard certaines recommandations portant sur la transparence.
M.Serrurier a également fait avorter la tenue d'une réunion à huis clos parce qu'il jugeait que son contenu devait être discuté devant les citoyens.