Sur la photo, on retrouve : (à l’arrière) Monica Brown, élève à l’école secondaire catholique (ESC) La Citadelle de Cornwall, Sara O’Brien, élève à l’ÉSC La Citadelle, Andrea Carpenter, représentante du Akwesasne Mohawk Board of Education (AMBE), Romaine Mitchell, représentant du ministère de l’Éducation de l’Ontario (MEO), François Bazinet, président du CSDCEO, Diane Poirier, représentant de l’ACFO-SDG. (À l’avant) Christian Pilon, animateur autochtone, Shelley Duquette-Lafortune, représentante du MEO, Jérémie Bonneau, élève-conseiller au CSDCEO, Julie Charland, directrice de La Citadelle, Justine Gamache-Howard, artiste qui a conçu l’œuvre, François Turpin, directeur de l’éducation et secrétaire du CSDCEO, Rosemary Square, représentante du AMBE, Geneviève Éthier, animatrice en éducation autochtone du CSDCEO.

Les territoires autochtones reconnus par le CSDCEO

Le Conseil scolaire de district catholique de l’Est ontarien (CSDCEO) inaugurait récemment les premières plaques de reconnaissance des territoires autochtones dans Prescott, Russell, Stormont, Dundas et Glengarry sur lesquels sont situées les écoles catholiques de langue française.

Au total, 34 plaques seront dévoilées au cours de l’année scolaire 2017-2018. Récemment, le CSDCEO a inauguré une première plaque à l’école secondaire catholique La Citadelle de Cornwall sur le territoire haudenosaune (nation iroquoise) en présence de la communauté mohawk d’Akwesasne, et une autre à l’école élémentaire catholique Saint-Paul de Plantagenet sur le territoire anishinaabe (nation algonquine). 

La Stratégie d’éducation autochtone en Ontario doit jeter les bases permettant d’améliorer le rendement des élèves autochtones et promouvoir l’apprentissage continu dès les premières années, jusqu’aux études postsecondaires et aux possibilités de formation et d’apprentissage en milieu de travail. Cette stratégie sensibilise également tous les élèves des écoles ontariennes aux cultures, à l’histoire, aux perspectives et à l’apport des peuples inuits, métis et des Premières Nations.

« La reconnaissance des territoires est la suite logique de notre démarche afin de cultiver de solides relations avec les Premières Nations sur le territoire du CSDCEO. Il est important de renforcir nos relations avec les peuples métis, inuits et des Premières Nations et de travailler avec eux dans un esprit de respect mutuel », de souligner François Turpin, directeur de l’éducation et secrétaire.  

Rappelons que le ministère de l’Éducation, en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle, s’est engagé financièrement à améliorer l’éducation et la formation autochtones de l’Ontario, ainsi que le rendement et le bien-être des élèves, et à réduire l’écart de rendement entre les élèves autochtones et l’ensemble des élèves. Ce projet a également été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada.