Le conseil municipal de Casselman a adopté un report du paiement des taxes foncières durant une réunion extraordinaire tenue lundi soir.

Les résidents de Casselman rappelés à l’ordre

Le maire de Casselman, Daniel Lafleur, est frustré de la réaction de ses concitoyens à la crise de la COVID-19, eux qui continuaient tout récemment de remplir le stationnement des commerces de la municipalité.

«Il faut que les gens commencent à réaliser que ce n’est pas une farce, peste M. Lafleur. Je demande à nos citoyens et à ceux des municipalités environnantes de respecter les recommandations des autorités.»

Dans sa tournée quotidienne des routes de la municipalité, Daniel Lafleur dit avoir constaté que les stationnements de nombreux commerces — dont la LCBO et le Canadian Tire — étaient remplis le week-end dernier, en plus de voir des adolescents circuler sur les trottoirs en groupes rapprochés.

«Si ce n’est pas un achat nécessaire, restez à la maison, lance M. Lafleur. La LCBO chez nous, c’est quand même un petit magasin. Ça n’a pas d’allure de voir 20 voitures en même temps dans le stationnement.»

«J’aime mieux voir les résidents de Casselman chez eux qu’à la maison funéraire», ajoute le maire.

Report des paiements de taxes

Le conseil municipal de Casselman a adopté un report du paiement des taxes foncières durant une réunion extraordinaire tenue lundi soir.

L’échéance pour le premier versement des taxes foncières est donc repoussée du 27 mars au 28 mai prochain. Le maire prévient toutefois que le second versement n’est pas retardé pour le moment, ce qui forcerait des citoyens à payer deux factures de taxes dans le même mois.

«Cette mesure, c’est pour aider les commerçants et les résidents en difficulté financière. Les gens qui peuvent payer avant la fin du mois de mars sont invités à le faire, soutient Daniel Lafleur. Pour aider nos citoyens […], il faut continuer de faire rouler la municipalité.»

Aide aux pompiers volontaires

Les élus de Casselman ont également adopté une mesure exceptionnelle pour les pompiers volontaires qui devraient être placés en quarantaine après avoir contracté la COVID-19 ou y avoir été exposés.

Advenant une telle situation, la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail verserait à ces travailleurs 85% de leur salaire net, en plus de recevoir une prime d’assurances de la Volunteer Firefighter Insurance in Canada.

La municipalité comblerait le manque à gagner pour qu’ils obtiennent l’entièreté de leur rémunération hebdomadaire.