Stéphane Parisien codirigera le projet du Réseau régional de l’Est ontarien.

Les municipalités prioriseront les télécommunications

L’amélioration de la connectivité cellulaire et de la vitesse internet est la priorité numéro un dans l’ensemble des municipalités de l’Est ontarien. Profitant de cette année d’élection provinciale, les communautés se rallient pour exiger du financement pour la réalisation du projet.

C’est ce qu’a déclaré le directeur général des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR), Stéphane Parisien, en présentant à nouveau, mercredi, le projet du Réseau régional de l’Est ontarien (RREO) aux huit maires.

« À la Eastern Ontario Wardens’ Caucus (EOWC) cette année, nous avons décidé d’y aller avec une priorité et c’est la question de la brèche cellulaire. Quand on se promène dans les régions rurales de Prescott et Russell et dans l’Est ontarien, il y a des zones mortes », a précisé M. Parisien.

Celui-ci ajoute que plusieurs n’arrivent tout simplement pas à se connecter à internet ni à obtenir une vitesse de téléchargement adéquate. L’incapacité d’utiliser les outils comme les cellulaires et téléphones intelligents devient ainsi une problématique à plusieurs égards.

« C’est devenu absolument nécessaire aujourd’hui surtout pour le développement économique », a précisé le président des CUPR, François St-Amour.

Actuellement, plus du quart des régions rurales de l’Est ontarien a peu ou pas de service cellulaire. Selon le fournisseur internet, il peut y avoir des problèmes de capacité de l’ordre de 28 à 40 %.

Le projet du RREO est évalué à près de 300 millions $. Un montant de 14 millions proviendrait des 13 comtés et municipalités de l’Est ontarien. Le reste du financement proviendrait des gouvernements fédéral et provincial ainsi que des fournisseurs de services à raison de 95 millions $ chacun.

En plus d’améliorer la connectivité et la vitesse, le projet prévoit également la construction d’un Réseau à large bande dédié à la sécurité publique. Le réseau appuiera notamment les services d’incendie et ambulanciers.

« Comme on le sait, on travaille sur notre propre système de communication pour la répartition des services d’incendie, donc c’est possiblement quelque chose qui pourrait faire partie du projet également », a ajouté M. Parisien.

Les CUPR seront certes au parfum des derniers développements du projet du RREO. Le directeur général a récemment été choisi comme codirigeant du projet.

« J’ai suggéré mon nom parce que je crois vraiment que c’est un projet important pour nous. Aussi, j’ai toujours eu un grand intérêt pour la technologie de l’information, l’internet et la connectivité, donc je me réjouis de participer », a affirmé M. Parisien.