Sans plafonnement des montants alloués, le conseiller Yves Paquette craint un faible nombre de projets subventionnés.

Les montants devraient être plafonnés, dit Yves Paquette

Avec un budget de lancement conservateur de 60 000 $, les montants alloués par le Plan d’amélioration communautaire (PAC) de Hawkesbury devraient être plafonnés, réclame le conseiller Yves Paquette.

Celui-ci commentait une résolution présentée à ce sujet lundi soir au conseil municipal. 

Rappelons qu’en décembre dernier, la Ville de Hawkesbury avait adopté son PAC dans l’espoir d’encourager la revitalisation, le réaménagement et l’amélioration continue de la municipalité. Le plan identifie trois secteurs d’intervention : la rue Main Ouest et Est, le centre-ville ainsi que les friches industrielles. 

Selon M. Paquette, le fait qu’il n’y ait pas de limite aux montants totaux qui peuvent être alloués pourrait diminuer le nombre de projets approuvés.

« Il y a eu un petit drapeau rouge qui s’est levé. Un promoteur ou un commerce qui améliore sa façade pourrait se voir accorder au-delà de 5000 $. Alors, au lieu d’avoir 12 projets à 5000 $, on pourrait se retrouver seulement avec trois. Il faudrait réviser ce qui a été entendu au sujet du maximum », a affirmé M. Paquette.

Actuellement, le PAC offre notamment des subventions pouvant aller jusqu’à 5000 $ pour des travaux sur une façade, un rabais de 50 % sur le permis de construction ainsi qu’un montant pouvant aller jusqu’à 2500 $ pour l’amélioration de l’affichage.

Pour la mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, peu importe le montant qu’offre la Ville, le promoteur ou le propriétaire en dépensera autant pour ses améliorations. 

« Ça se pourrait qu’il y ait des gros projets. L’investissement que la personne va faire va être vraiment remarquable et ça va représenter plus de revenus de taxe pour nous », a commenté Mme Charlebois.

L’urbaniste de Hawkesbury, Manon Belle-Isle a tenu à rappeler qu’il s’agit d’une première année de la mise en œuvre du PAC. 

« Je pense que c’était sous-entendu que 60 000 $ c’était quand même un montant conservateur pour la première année. Si on réussit à faire trois beaux projets sur la rue principale, je pense que ça va vraiment encourager les gens et ça va nous guider pour le budget de 2019 », précise Manon Belle-Isle.

Premier bénéficiaire

L’urbaniste a également annoncé que le commerce Toiture Gallie sera la première entreprise à bénéficier d’une subvention. L’entreprise située sur la rue John rénovera complètement sa devanture, son éclairage ainsi que son affichage. 

Le comité de développement économique, chargé du choix des bénéficiaires du PAC, étudie présentement une demande pour une amélioration de l’accessibilité à l’édifice Arcade Assaly situé sur la rue Principale.