Le courant pourrait commencer à être rétabli dans certaines résidences dès la semaine prochaine, selon le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins.

Les maires des CUPR veulent limiter les hausses de taxes

L'administration des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) devra limiter toute augmentation de taxes à 2% lors de la préparation de son prochain budget, ont commandé les maires lors de la dernière assemblée du conseil, mercredi.
D'entrée de jeu, le directeur général Stéphane Parisien a souligné que préparer un tel budget sera un grand défi.
«Dans les dernières années, on a indiqué à plusieurs reprises que nos réserves diminuaient considérablement, compte tenu de certaines décisions qui ont été prises. [...] Il y a certains défis et possiblement des contraintes plus difficiles que lors des années passées», a-t-il souligné, laissant entendre qu'une hausse de taxes de 0% n'est pas recommandable.
Ces quatre dernières années, le taux d'imposition a diminué en moyenne de 0,4% dans les CUPR. La plus forte baisse a été de 2,1% en 2014. En 2013, le montant en réserve était d'environ 27,4 millions de dollars, alors qu'il se chiffre aujourd'hui à 17,8 millions.
«Il est évident qu'on ne peut continuer dans le même sens. Il faudra augmenter à un endroit ou couper dans un autre. Mais j'aimerais voir toutes les options possibles, même celles qui ne sont pas politiquement populaires», a fait valoir le maire de Russell, Pierre Leroux.
Pour le maire de Clarence-Rockland et président des CUPR, Guy Desjardins, il n'est cependant pas question d'une augmentation de taxes de plus de 2%. M. Desjardins souligne qu'il en va de la santé économique des CUPR, notamment dans l'ouest.
«Si on regarde à Clarence-Rockland, les taxes sont plus élevées qu'à Orléans et même dans certaines parties d'Ottawa. On a des gens qui déménagent parce qu'ils n'en peuvent plus de la congestion sur la route 17/174. Pour l'instant, il faut garder les coûts le plus bas possible», a-t-il fait valoir.
De son côté, le maire d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, est d'avis qu'une augmentation de taxes d'au moins 2% est inévitable.
«On a du rattrapage à faire en raison de ce qui s'est produit dans le passé. En restant à 1%, on ne fait pas de rattrapage. C'est malheureux de dire aux résidents qu'on vise le 2%, mais c'est du rattrapage qu'on fait», a affirmé M. Dicaire.
Une première ébauche de budget devrait être présentée aux membres du conseil le 12 octobre prochain. L'adoption pourrait avoir lieu le 23 novembre.