Les dirigeants des Comtés unis de Prescott et Russell prendront des mesures afin de se protéger contre la cybercriminalité.

Les CUPR devront se protéger

Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) devront prendre des mesures pour se protéger contre la cybercriminalité.

C’est ce qu’a apporté à la table du conseil la trésorière Julie Ménard-Brault mercredi. Les CUPR ne possèdent actuellement pas d’assurance en cas de vol de renseignements.

« Si on regarde les nouvelles dernièrement, vous entendez parler de toute sorte de fraudes informatiques qui se passent dans le monde et nous ne sommes pas à l’abri. Le fait que nous soyons une plus petite municipalité nous met un peu plus en danger », a souligné Mme Ménard-Breault.

Celle-ci croit notamment à l’importance de protéger les nombreuses données confidentielles des bénéficiaires des différents services sociaux dispensés par les Comtés unis. Il est, entre autres, question des données sur des gens bénéficiant d’Ontario au travail, des gens hébergés à la Résidence Prescott-Russell.

« Nous avons beaucoup de données personnelles et à cause de ça, nous sommes extrêmement à risque », ajoute Mme Ménard-Brault.

Depuis plusieurs dernières années, les logiciels malveillants font beaucoup de dégât à travers le monde. Le terme rançongiciel, qui fait référence aux cas où des internautes prennent en otage des données personnelles en échange d’argent, est maintenant répandu.

Les Comtés unis iront de l’avant avec une assurance cybercriminalité au coût de 21 000 $ pour un an.

« C’est un domaine ou il y a beaucoup de changements. C’est nouveau et c’est pour ça qu’on y va avec une année. À long terme, les prix seront à la baisse », a précisé Mme Brault.

Pour sa part, le maire Conrad Lamadeleine s’explique mal cette dépense en ce qui concerne des réclamations possibles.

« Si demain matin nous avons une fraude et des informations personnelles sont sorties, quelles sortes de réclamation pouvons-nous faire contre ça », a-t-il questionné.

En ce qui a trait à l’assurance cybercriminalité, Mme Ménard-Brault explique qu’il s’agit plutôt d’une question des poursuites judiciaires potentielles.

« Si des pirates viennent à bout d’obtenir l’information confidentielle des gens, ils pourraient faire beaucoup de dommage avec cette information-là et tous les bénéficiaires pourraient nous poursuivre, ce qui pourrait nous coûter extrêmement cher », a indiqué Mme Ménard-Brault.

Contribution municipale à Action Champlain: Une décision à venir ce samedi

Le conseil municipal du canton de Champlain se réunira ce samedi, à 9 h, pour répondre à la demande de contribution financière d’Action Champlain dans les procédures à Commission des Affaires municipales de l’Ontario concernant la construction d’une cimenterie à L’Orignal.

Rappelons que lors de sa réunion régulière, mercredi, le conseil avait décidé de reporter ce point en raison de l’absence de deux conseillers. 

Le conseil devra décider s’il accepte de contribuer jusqu’à 200 000 $ des fonds publics notamment pour couvrir une partie des frais pour les experts.  

« Le rôle des experts dans la défense commune de notre position est nécessaire et même crucial », a souligné Michael Santella, du mouvement Action Champlain.