L’érosion menace la bordure riveraine près de la Maison de l’île.

L’érosion de la bordure riveraine inquiète

La mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois, souhaite des actions concrètes pour faire face au phénomène de l’érosion de la bordure riveraine.

Celle-ci s’opère notamment près de la Maison de l’île à la descente de bateau. Le secteur abrite également le Monument de la francophonie.

«C’est une situation qui nous a entre autres été rapportée par un résident, Bruno Lecco, explique la mairesse. J’ai moi-même constaté l’étendue des dommages».

Le dossier chemine depuis plusieurs mois à la table du conseil. La mairesse en a discuté vendredi dernier au comité Comité des services des Travaux publics et Environnement. Le but était de recommander une demande de subvention afin de permettre une étude.

«Ça prend une étude pour regarder comment on peut améliorer la situation. On ne peut pas simplement solidifier la bordure avec des pierres. Il faut parler avec un ingénieur», explique la mairesse.

D’ailleurs, par le passé, des pierres ont été installées dans le secteur. Selon la mairesse, cela ne freinera pas l’érosion. De plus, les nouvelles normes de la province devront également être prises en compte. «Ce n’est plus comme il y a 50 ans. Ça prend la permission de la province. Il faudrait qu’on parle à un spécialiste qui va regarder la situation et nous revenir avec un plan d’intervention parce qu’on ne veut pas perdre ce bel emplacement», affirme Mme Charlebois.