La maison d'Émilie Deschênes et Ken Tremblay avait été ravagée par les flammes.

Le service des incendies de la Nation sans reproche

La réponse du Service des incendies de la Nation a été adéquate à la suite de l'incendie qui a détruit la résidence d'Émilie Deschênes et Ken Tremblay, le 27 décembre dernier, dans la région d'Alfred.
C'est ce que souligne le chef du Service des incendies de la Nation, Tobias Hovey, dans son rapport présenté au conseil municipal, lundi.
D'entrée de jeu, bien que les témoins aient déploré un temps d'intervention d'environ une heure, le chef pompier de la Nation précise qu'au total le temps de réponse a été de 29 minutes. 
Le premier appel d'urgence a été reçu par le service 9-1-1 du Québec vers 10 h 5 parce que le numéro du téléphone cellulaire utilisé provenait du Québec. Plus de cinq minutes se sont écoulées avant que l'appel ne soit transféré au Service d'incendie de Hawkesbury, et près de deux minutes pour dépêcher les pompiers de La Nation. Ceux-ci ont pris 22 minutes pour atteindre la résidence vers 10 h 34.
« Ce qu'il faut rappeler aussi, c'est que le temps s'écoule aussi vite pour les victimes. Au bout de la ligne, pour eux c'est près d'une heure », a souligné M. Hovey.
La résidence en question se trouvait également à la frontière entre le canton d'Alfred-Plantagenet et La Nation ce qui a été un autre facteur dans la description du lieu de l'incendie. 
Tobias Hovey ajoute aussi que les conditions météorologiques ont également joué dans la balance. À certains endroits, les routes étaient glacées et à d'autres endroits c'était la gadoue. Pour des raisons de sécurité, le camion-citerne n'a pas été utilisé. L'eau a donc été puisée d'un ruisseau situé à proximité. L'eau a commencé à être pompée vers 10 h 44.
« Par le temps que l'appel ait été reçu, une bonne partie de la maison brûlait déjà. Il n'y avait rien à faire là. Le problème a été au niveau de l'appel à l'aide qui n'était pas facile. Ça a pris du temps surtout pour préciser l'adresse de la maison. Les victimes voient la scène différemment », a affirmé M. Hovey.
Celui-ci conseille aux citoyens de la Nation qui utilisent principalement un téléphone cellulaire d'inclure le numéro du service des incendies de La Nation à leur liste d'urgence afin d'éviter un appel au service 9-1-1 du Québec.