Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins

Le maire Desjardins intéressé par l’investiture libérale au provincial

Reconnu pour ses vives critiques envers la députée Amanda Simard, le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, avoue qu’il réfléchissait toujours à la possibilité de se présenter comme candidat à l’investiture libérale dans la région de Glengarry-Prescott-Russell.

Or, selon les procédures de l’Association libérale provinciale de Glengarry-Prescott-Russell, les candidats potentiels avaient encore amplement de temps pour réfléchir avant d’annoncer une décision officielle. « J’ai été approché, mais je n’ai pas encore pris de décision. Il y a encore deux ans avant que ça arrive, et ça va être une question de voir comment va ma santé », a admis le maire Desjardins en entrevue au Droit, ajoutant qu’il était « en réflexion ». 

En annonçant la nomination automatique d’Amanda Simard comme députée au sein du Parti libéral de l’Ontario (PLO), la semaine dernière, le chef intérimaire John Fraser avait fait savoir qu’il n’y aurait pas de course à l’investiture dans la région de Glengarry-Prescott-Russell, coupant ainsi l’herbe sous le pied de tous ceux qui désiraient s’y présenter, au grand dam de l’Association et de son porte-parole, Jean-Marc Lalonde. 

L’ex-député libéral rappelle qu’aux dernières élections, le même scénario s’était produit avec la candidature du maire de Russell, Pierre Leroux. M. Lalonde est convaincu que le non-respect des procédures de l’Association est l’une des raisons qui ont mené à la défaite du parti dans la région. « Une association rurale est complètement différente d’une association urbaine. C’est pour ça que le candidat ou député doit rencontrer l’exécutif pour se tenir au courant des besoins dans la circonscription. »

M. Desjardins espère que le PLO changera son fusil d’épaule en acceptant une course à l’investiture dans la région. « La dernière fois, c’était une question de timing, le temps pressait. Cette fois-ci, il y a encore beaucoup de temps pour demander une investiture, alors il n’y a pas de raison de ne pas en faire une. S’ils ne peuvent pas respecter tous les comités libéraux locaux, je vois ça comme un problème. (...) J’ai exprimé ce matin à M. Fraser que j’étais mécontent de leur choix. (...) J’ai même vu Kathleen Wynne et je lui ai dit la même chose, j’espère qu’ils vont être en faveur d’une course à l’investiture. Je sais que les gens de Prescott-Russell en veulent une. »

Des différends récurrents

La députée Amanda Simard est convaincue que le possible intérêt de M. Desjardins envers l’investiture libérale provinciale explique « à 100 % » le comportement du maire à son égard. « Il essaie de me rabaisser. Ça fait un bout de temps que je savais qu’il était intéressé, il y avait plusieurs sources. (...) Ça change la dynamique de la conversation et le discours, ça donne du contexte sur les raisons pourquoi il veut toujours me critiquer. »

Lors d’une entrevue réalisée au mois de décembre, le maire Desjardins répondait à une citation de la députée Simard : « L’autre jour, dans votre journal, elle nous a accusés d’être après sa job. Je ne veux pas sa job, je veux juste qu’elle fasse la sienne comme il faut. (...) ».

M. Desjardins affirme par ailleurs qu’il n’était « pas heureux » en apprenant la nomination de Mme Simard. Au cours de la dernière année, il a dénoncé les absences remarquées de la députée au sein de la communauté, notamment lors des inondations qui ont ravagé sa municipalité au printemps dernier. 

Il affirme aussi qu’elle ne s’est pas présentée aux réunions concernant sa municipalité lors du congrès annuel de l’Association des municipalités rurales de l’Ontario (AMRO), qui s’est terminé mardi. « Je n’étais pas surpris. Comme d’habitude, elle ne fait pas grand-chose, et qu’elle soit conservatrice, indépendante ou libérale, je crois que ça va être les mêmes résultats qu’on va avoir d’elle. »

Pour sa part, Mme Simard se défend en affirmant qu’elle a bien reçu les informations à propos des rencontres lors du congrès, mais qu’elle n’a jamais reçu d’invitation claire pour y participer. 

+

JEAN-MARC LALONDE PLAIDE POUR UNE COURSE À L'INVESTITURE

Une rencontre entre le chef intérimaire du Parti libéral de l’Ontario, John Fraser, et l’Association libérale provinciale de Glengarry-Prescott-Russell aura lieu d’ici les deux prochaines semaines, a confirmé le porte-parole Jean-Marc Lalonde. La réunion visera à discuter de la nomination automatique d’Amanda Simard au sein du parti.

Le porte-parole de l’Association libérale provinciale de Glengarry-Prescott-Russell, Jean-Marc Lalonde

L’ex-député provincial libéral de Glengarry-Prescott-Russell, Jean Marc-Lalonde, a profité du débat opposant les six candidats à la direction du Parti libéral de l’Ontario (PLO), organisé lundi soir à Ottawa, pour demander une rencontre entre le chef intérimaire John Fraser et l’Association libérale locale. 

M. Lalonde persiste et signe: même si les règles du PLO ne l’obligent pas à tenir une course à l’investiture, cette option demeure tout de même la meilleure pour la région. 

Avant le débat, l’Association a fait parvenir une lettre à chacun des candidats à la chefferie pour leur exprimer son intention d’obtenir une course à l’investiture. « Les six candidats ont dit que les associations dans les circonscriptions doivent être impliquées dans les campagnes électorales et que c’est une des raisons qu’on a perdu en 2018 », soutient M. Lalonde.