Le maire sortant Marcel Guibord a également voulu montrer patte blanche en s'entendant pour mandater sur le champ un commissaire.

Le maire de Clarence-Rockland souhaite un commissaire à l'intégrité bilingue

Le maire de la Cité de Clarence-Rockland, Marcel Guibord, assure que le commissaire à l'intégrité de la municipalité sera bilingue.
Le conseil municipal a essuyé plusieurs critiques au cours des derniers jours entourant ses intentions de nominer Robert Swayze, un avocat anglophone de Toronto, à titre de chien de garde public.
« C'est bien évident que nous voulons un candidat bilingue. C'était dans nos critères de sélection et c'était dans les conditions », note le maire de Clarence-Rockland.
Robert Swayze agit ou a agi à titre de commissaire à l'intégrité municipal au sein des villes de Guelph, Mississauga et de Carleton Place, notamment.
Le candidat suggéré par le comité d'administration de la Cité de Clarence-Rockland, fort de son expérience en droit municipal, ne maîtrise cependant pas le français, un détail qui aurait échappé aux élus, explique le maire. « Il y a eu une erreur qui s'est glissée. Ça arrive. Dans le document qui nous a été présenté, rien ne nous indiquait que le candidat était seulement anglophone », se défend le maire Guibord.
« Tout simplement inacceptable », commente le candidat pour un poste de conseiller Jacques Taillefer.
En janvier dernier, le conseil de ville a adopté un code de conduite pour les élus et l'appareil municipal. Le maire soutient qu'il s'agit d'une preuve de transparence. « Avec nous, il n'y a que 40 ou 41 municipalités en Ontario qui se sont dotées d'un commissaire à l'intégrité », indique le maire de Clarence-Rockland.
Ce dernier se dit prêt à rouvrir les enveloppes et de recommencer le processus de sélection afin de de trouver un autre candidat qui saura parler français et anglais. « Ou bien nous allons prendre le soumissionnaire juste en dessous du candidat proposé ou bien nous allons retourner en appel d'offres pour trouver un candidat bilingue », a indiqué M. Guibord.
La décision devrait être prise le 18 août prochain à la table du conseil municipal.