Jean-Roch Rainville, propriétaire du centre d'entraînement JR Fitness à Embrun.

Le dôme sportif de Russell soulève des inquiétudes

Alors que plusieurs se réjouissent de la construction d'un dôme sportif à Russell, Jean-Roch Rainville, lui, appréhende l'arrivée de cette nouvelle installation.
Le propriétaire du centre d'entraînement JR Fitness, situé dans le village d'Embrun, craint de perdre des clients puisque la nouvelle structure qui sera érigée par la municipalité de Russell comprendra une salle d'entraînement. 
« Je ne suis pas contre le dôme. C'est une très belle idée. Mais là, ils vont mettre un gym là-dedans. Il vont prendre de l'argent de mes taxes pour compétitionner avec moi. C'est le monde à l'envers », avance M. Rainville. 
Selon lui, la concurrence pour l'offre de services et d'installation d'entraînement est déjà féroce dans la région. La municipalité compte déjà cinq entreprises proposant des services d'entraînement physique. 
À cela s'ajoutent les nombreux centres d'entraînement offert à Ottawa. 
« Oui, on a une population d'environ 16 000 personnes à Russell, il y a beaucoup de gens qui viennent de la grande ville. Ces gens continuent d'utiliser les gyms à Ottawa. Même si la ville grossie, notre clientèle n'augmente pas vraiment parce ce sont tous des gens de la ville », précise M. Rainville.
Il y a environ 10 ans, l'homme d'affaires a fait l'acquisition d'un espace dans le centre commercial à Embrun pour y établir un gym. À ce moment, un autre gym, Norm's Gym, offrait des services à proximité. M. Rainville explique que les deux entreprises éprouvaient déjà des problèmes financiers. 
« Les deux gyms avaient déjà au départ des difficultés à payer le loyer parce qu'il n'y avait pas assez de clientèle. Le propriétaire de l'autre gym m'a carrément dit tu m'achètes ou je t'achète ». 
En 2013, les deux gyms ont fusionné. Aujourd'hui, JR Fitness dessert une clientèle d'environ 600 personnes.  
« Même si je ne perds que 10 % de mes clients, c'est 10 % du salaire. À la fin de l'année, ça fait mal à un budget », déplore M. Rainville. 
Bien que la construction du dôme soit entamée depuis un peu plus d'une semaine maintenant, l'homme d'affaires aimerait que la municipalité revienne sur l'idée d'y inclure un gym pour le remplacer par une installation non existante.   
« Selon moi, le mandat de la municipalité est d'offrir des services qui ne sont pas offerts tout en aidant les marchands locaux. Dans ce cas-ci, nous sommes cinq entreprises qui l'offrent. La municipalité n'aide pas ses marchands en compétitionnant contre eux », lance M. Rainville. 
Le propriétaire de JR Fitness envisage pour l'instant d'obtenir des appuis en faisant circuler une pétition.