Le conseiller Guy Félio

Le conseiller Félio tire sa révérence

Le bras droit du maire de Clarence-Rockland à la table du conseil met en veilleuse sa carrière politique. Le conseiller Guy Félio a annoncé qu'il ne briguerait pas un second mandat. Il a informé le maire Marcel Guibord de sa décision par courriel ce week-end.
«Monsieur le maire, par la présente, je vous informe que pour des raisons professionnelles et personnelles, je n'ai pas l'intention de me représenter aux prochaines élections comme conseiller municipal du quartier 5», écrit le conseiller Félio dans sa missive, dont LeDroit a obtenu copie.
Le conseiller représentant le quartier de Clarence Creek était considéré comme une tête forte à la table du conseil. Si bien que certains observateurs le voyaient aspirer au siège de maire.
Guy Félio n'a pas voulu élaborer sur les raisons qui le poussent à ne pas se représenter aux élections du 27 octobre prochain. Il se dit cependant prêt à le faire par la suite. Il a évoqué des raisons personnelles et professionnelles.
Guy Félio est ingénieur-conseil en infrastructure de formation et plusieurs des contrats qu'il pilote sont basés à l'étranger. Il devenait difficile, dit-il, de concilier son travail et ses responsabilités d'élu. «Au cours de la dernière année, j'ai assisté à pas moins de 66 réunions, soit de comité ou avec le personnel, en plus des réunions régulières du conseil de Clarence-Rockland. [...] Même si c'est considéré comme un travail à temps partiel, pour moi, c'était un travail à temps plein», explique-t-il.
Lors de l'actuel mandat du conseil de Clarence-Rockland, la salle de réunion a été un terrain hostile. Le maire Guibord, M. Félio et la conseillère Diane Choinière - le «clan de la nouvelle garde» - ont essuyé semaine après semaine une pluie de critiques.
Ces trois élus ont été accusés l'an dernier d'abus de confiance dans une histoire de présumé complot pour écarter le directeur général de l'époque, Daniel Gatien. Le procès n'a pas encore eu lieu.