La présidente du Comité du patrimoine de l’église St-Bernard de Fournier, Murielle Bourgon, a quitté le salle du conseil en larmes lundi soir à la suite de la décision des élus.

Le conseil de la Nation revient sur sa décision

Le conseil municipal de la Nation n’ira pas de l’avant avec la désignation de l’église St-Bernard de Fournier comme bien patrimonial.

L’amertume de près d’une trentaine de résidents était palpable, lundi soir, dans la salle du conseil de la Nation alors que le vote pour le retrait de la demande de désignation a été remporté à trois contre deux. Le maire de la Nation, François St-Amour et les conseillers Francis Brière et Marcel Legault ont voté pour le retrait alors que les conseillers Marc Laflèche et Marie-Noëlle Lanthier s’y sont opposés.

La discussion s’est d’abord ouverte sur un discours de la part de Murielle Bourgon, présidente du Comité du patrimoine de l’église St-Bernard, demandant aux élus de ne pas interrompre les procédures de désignation.

«Pourquoi, à ce stade, le conseil prendrait une décision hâtive, sans avoir auparavant consulté le ministère, qui a toute l’expertise nécessaire, sans aucun parti pris et qui en passant est payé par nos taxes, pour enfin pouvoir prendre une décision éclairée, avec toutes les informations nécessaires, sans aucune pression ou influence, basée sur les seules valeurs culturelles et ainsi protéger l’édifice de toute destruction», a souligné Mme Bourgon.

La motion pour le retrait de la demande de désignation a été déposée par le conseiller Marcel Legault. Celui-ci explique que sa décision découle du fait que l’archidiocèse d’Ottawa a proposé à la municipalité un sursis de cinq ans pour la paroisse en échange du retrait de la demande de désignation.

«Quand Monseigneur (Terrence Prendergast) nous a offert cinq ans à condition qu’ on enlève la demande de patrimoine, j’ai dit oui à ça parce que ça va nous donner cinq ans pour faire une étude», a souligné M. Legault. Celui-ci a également évoqué une querelle entre les paroissiens de St-Isidore et Fournier. Plusieurs paroissiens de Fournier déplorent le fait qu’ils perdront leur église alors que les paroissiens de St. Isidore obtiendront bientôt une église neuve.

«On dirait qu’il y a toujours de la controverse parmi nos gens et que la guerre s’en va en s’amplifiant», a souligné M. Legault

De son côté, la conseillère Marie-Noëlle Lanthier à déplorer l’attitude du conseiller Legault affirmant que celui-ci n’apporterait rien de tangible à la table pour expliquer le retrait de la demande de désignation.

«Moi je n’ai rien entendu de tangible de M. Legault ni vu aucune documentation. Il n’y a rien de solide. Quand on a déposé une demande pour une désignation patrimoniale, ça n’avait rien à voir avec la guerre et St-Isidore et Fournier. Le désire d’avoir un édifice patrimonial c’est parce que l’église de Fournier c’est l’un de plus vieux et le plus bel édifice de La Nation et on veut le protéger», a répliqué Mme Lanthier.

Pour le maire de la Nation, si l’offre du sursis de cinq était venue plus tôt, la situation n’en serait pas rendue à ce stade-ci.

« Vous (paroissiens) avez une opportunité. Cinq ans de temps pour parler et négocier de bonne foi. Si dans deux ou trois ans ça ne fonctionne pas on reviendra avec une demande de désignation, mais je ne peux pas croire que vous n’êtes pas prêt à vous asseoir et vous parler», a affirmé M. St. Amour.