L’ex-conseiller municipal de Casselman Marcel Cléroux a retrouvé son poste.

Le conseil de Casselman est complet

L’ex-conseiller municipal de Casselman Marcel Cléroux, qui avait été déclassé par Joanne Sirois lors des élections en octobre dernier, a retrouvé son poste, mardi matin.

Peu de temps après sa victoire aux dernières élections, Joanne Sirois avait été avisée par son employeur, Co-operators Assurance, qu’une nouvelle politique l’empêchait d’exercer un rôle pour lequel elle est élue.

Le poste de conseiller étant vacant, les élus avaient donc enclenché le processus de remplacement. Pour ce faire, trois options s’offraient à eux : choisir le candidat qui avait le plus grand nombre de votes aux élections après les élus, procéder à des entrevues d’embauche, ou bien déclencher une élection.

Le conseil municipal avait alors tranché pour les entrevues d’embauche. Dix questions ont été posées aux cinq candidats qui se sont présentés, de façon à évaluer leurs connaissances historiques de Casselman, leur disponibilité et leur capacité à faire un budget. Après compilation des résultats, c’est M. Cléroux qui en a obtenu la plus haute note.

Le maire Daniel Lafleur, qui était le seul à s’opposer à ce système d’embauche laborieux, aurait préféré soumettre le nom de Marcel Cléroux dès le départ, puisqu’il était le 2e candidat ayant obtenu le plus de votes.

« On aurait économisé beaucoup de temps, d’énergie et de ressources, dit-il. Mais je suis très content que le conseil soit finalement en place. Je sais qu’il y a beaucoup de gens qui vont être contents de la manière dont ça s’est déroulé, ça s’est fait adéquatement et de façon transparente. »

Le seul « petit hic », souligne-t-il, c’est que ce processus a coûté à la municipalité un peu plus de 3000 $.

Marcel Cléroux a siégé au conseil municipal de Casselman de façon non consécutive pendant 25 ans.

Cette fois, il a l’intention de consacrer une grande partie de ses énergies sur la nouvelle caserne de pompiers. La municipalité en est actuellement à la rédaction des plans et des devis.

La prochaine étape sera d’aller chercher des subventions de subventions, alors qu’un montant de 1,5 à 2 millions $ sera nécessaire pour la construction de cette nouvelle caserne.

Le conseiller Cléroux souhaite également se concentrer sur le système de traitement des eaux usées.

Maintenant que Marcel Cléroux est assermenté et que le conseil de Casselman est complété, les élus peuvent se concentrer sur le budget de la municipalité, qui devrait être rendu public d’ici quelques semaines.

Un candidat venu d’Alfred-Plantagenet

Parmi les cinq candidats qui se sont présentés aux entretiens d’embauche pour remplir le poste vacant, le nom de René Beaulne a retenu l’attention. Déjà conseiller dans la municipalité d’Alfred-Plantagenet depuis 25 ans, celui-ci a voulu tenter sa chance dans le village de Casselman. Résident d’Alfred-Plantagenet, M. Beaulne possède aussi une propriété à Casselman, où il réside avec sa conjointe, quelques jours par semaine. Quand il a appris qu’il devrait démissionner de son poste à Alfred-Plantagenet s’il était élu à Casselman, M. Beaulne a retiré sa candidature.

Ce dernier juge injuste que les maires puissent siéger au sein de leur municipalité en même temps qu’au conseil des Comtés unis de Prescott-Russell (CUPR). « Je pensais que j’avais le droit de siéger à deux endroits en même temps, puisque les maires, eux, le peuvent. C’est un double standard. Je ne comprends pas ce règlement, mais je respecte la décision. »