Le campus de Kemptville de l'Université de Guelph.

Le Collège de Kemptville pourrait aussi être sauvé

Une solution semble se dessiner pour la survie du collège agricole anglophone de Kemptville, dans l'Est ontarien.
Des discussions sont en cours avec le Collège St. Lawrence et le Collège Algonquin pour le maintien des programmes.
La semaine dernière, l'Université de Guelph annonçait l'interruption de ses programmes d'enseignement dans ses deux campus satellites d'Alfred et de Kemptville en 2015.
La communauté franco-ontarienne s'est rapidement mobilisée et un plan de relance pour le Collège d'Alfred a été proposé.
La Cité et le Collège Boréal avaient proposé de prendre le relais et d'offrir l'équivalent des cours, pour le maintien des programmes en français en agriculture, mais du côté de Kemptville, aucune piste de solution pour le sauvetage de l'institution n'avait été annoncée ou proposée jusqu'à hier.
«Je suis heureux que le Collège St. Lawrence et le Collège Algonquin aient répondu à ma demande visant à chercher des solutions pour conserver les programmes actuellement offerts sur le campus de Kemptville. Nous espérons que des solutions similaires pourront être apportées pour Kemptville», a indiqué Brad Duguid, le ministre de la Formation et des Collèges et Universités de l'Ontario.
Les collèges d'Alfred et de Kemptville sont les deux seules institutions d'enseignement postsecondaire spécialisées en agriculture de l'Est ontarien.
L'Université de Guelph a annoncé leur fermeture la semaine dernière dans le cadre de son plan de redressement financier.