Le rêve original d'un parcours national sécuritaire et accessible aux randonneurs, aux cyclistes et aux personnes en fauteuil roulant de tout âge et de toute habileté, a été complètement perverti. 

Le budget du sentier récréatif amputé

L'objectif des maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) de limiter à 2 % la hausse de taxes pour 2017 a fait une victime : le budget du sentier récréatif a été décimé de plus de la moitié pour l'an prochain, passant de 240 000 à 100 000 $.
C'est le président des CUPR, Guy Desjardins, qui a suggéré cette réduction, après que la Corporation du sentier récréatif ait indiqué être en mesure de fonctionner avec un budget réduit. Selon M. Desjardins, les 140 000 $ ainsi économisés serviront mieux les besoins de la voirie. « C'est plus important d'arranger nos chemins qu'un sentier qui n'est pas très utilisé », dit-il.
Le maire d'Alfred-Plantagenet, Fernand Dicaire, s'oppose à la diminution du budget du sentier, qu'il perçoit comme un outil touristique important. « La piste cyclable est un outil de tourisme dans lequel on a investi beaucoup », dit-il, ajoutant que les coûts d'entretien pourraient être réduits en interdisant l'accès aux motoneiges. 
Présentement, les CUPR louent la piste de 72 km à la compagnie ferroviaire VIA Rail. Le bail de location doit prendre fin en 2020, mais le conseil souhaite le prolonger pour une vingtaine d'années.
Les économies de 140 000 $ générées par la cure minceur du budget du sentier récréatif seront essentiellement réinvesties dans la réfection du chemin de comté 23, qui recevra 130 000 $. Le reste du montant sera remis aux Services communautaires de Prescott et Russell.
Le budget final des CUPR sera déposé le 23 novembre prochain.